GNU/Linux Magazine N°
Numéro
153

Systemd prêt à remplacer INIT ...ou pas !

Temporalité
Octobre 2012
Article mis en avant

Résumé
Après plus de 30 ans de service (!), le vénérable processus init et ses scripts de service disparaissent petit à petit des systèmes Unix et de nos distributions Linux préférées. Si la technologie « Upstart » est connue des adeptes d'Ubuntu, quel sera le remplaçant sur RedHat, Debian et les autres ? systemd très probablement... L'objectif de cet article est de vous préparer à la migration vers cette nouvelle technologie.

Dans ce numéro...


« Linux » ou « GNU/Linux » est un troll^Wsujet récurrent dans notre petit monde. Il est vrai que c’est toujours l’occasion de commenter, critiquer, argumenter, ... sur différentes bases philosophiques, linguistiques, sociales, ... Il y a cependant des cas où le sujet est abordé de manière si naïve et maladroite que l’initiateur ne fait que démontrer son manque de connaissances sur le sujet, avec des affirmations comme « [...] pour certains, Ubuntu et Linux sont deux choses différentes. » (récent billet d’un « geek accompli » sur CNET).
La diffusion à large échelle de la communication radiofréquence dans les appareils grand public induit la disponibilité de composants aux performances compatibles avec ces modes de communication (fonctionnement de 50 à 2500 MHz ou plus, bandes passantes de l’ordre de la dizaine de MHz) et pour des prix ridiculement faibles grâce à la production de masse. Nous allons profiter de cette mode en présentant l’utilisation d’un récepteur de télévision numérique - DVB basé sur le composant Elonics E4000 - dont l’étage de réception s’avère tellement simple qu’il est compatible avec de nombreux modes de transmission analogique et numérique de données par liaison radiofréquence. Le flux de données brut issu du récepteur radio est traité par des blocs implémentant les fonctionnalités les plus classiques dans le logiciel gnuradio et son interface graphique gnuradio-companion. Nous verrons comment, au delà de la simple utilisation des blocs de traitement disponibles, implémenter nos propres algorithmes de décodage sur le flux d’informations reçu du récepteur radiofréquence. Nous nous intéresserons en particulier au packet, au protocole ACARS, et aux radiomodems encodant l’information en FSK et AFSK.
En gestation depuis environ une dizaine d'années auprès de ses développeurs, Samba 4 vise à remplacer Samba 3, qui lui, assurait les fonctions d'un domaine de type NT4. Rentrons au cœur des réseaux Active Directory alors que la sortie d'une version se profile à l'horizon.
Vous connaissez sûrement déjà des outils de clonage tels Clonezilla, ou de sauvegarde basés sur rsync. Dans le premier cas, l'outil s'exécute à froid, machine éteinte, en démarrant sur un live CD, pour faire une image des disques au niveau bloc. Dans le second cas, la machine dont on désire sauvegarder les fichiers est forcément allumée, et la sauvegarde se fait au niveau système de fichiers. Mondo Rescue offre l'intérêt de se placer entre ces deux méthodes.
À la fin du développement d'un site internet, il est toujours intéressant voire essentiel de tester son application avant sa mise en production en lui faisant subir un test de charge afin d'évaluer ses performances. Pour ce faire, je vous propose de découvrir JMeter, un outil permettant d'effectuer ce type de tests.
Nous nous sommes arrêtés lors du précédent chapitre de cette série au mécanisme d'initialisation du système, avec une carte qui effectuait un premier démarrage. Place maintenant à la compréhension d'un composant clé de tout système embarqué moderne avec la gestion de l'affichage graphique.
Nous continuons notre découverte des méthodes magiques de PHP en élaborant un cache, non sur les propriétés de l'objet, mais sur les méthodes.
Auriez-vous une seconde ? Nous allons revenir sur cette seconde intercalaire apparue le 1er juillet 2012 dernier juste avant 2h du matin en France et plus précisément le 30 juin à 23h 59min 60s en Temps Universel Coordonné (UTC).
C++ 11, la nouvelle version de la norme C++, a été approuvée en août 2011 mais son implémentation dans les compilateurs a commencée bien avant. L'été dernier, mon article vous parlait de ce qui était alors connu sous le nom de C++0x et de son implémentation partielle dans les versions GCC 4.3 à 4.5. Aujourd'hui, je vous propose d'étudier les nouveautés des versions 4.6 et 4.7 de GCC dans le même esprit.

Magazines précédents

GNU/Linux-Magazine N°152
Protégez vos applications web
GNU/Linux-Magazine N°151
Installez votre groupware Kolab
GNU/Linux-Magazine N°150
Créez votre VPN avec OpenVPN
GNU/Linux-Magazine N°148
Émulez une nouvelle machine dans QEMU
GNU/Linux-Magazine N°147
Visite au coeur de l'émulateur QEMU

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body