GNU/Linux Magazine N°
Numéro
201

Créez votre premier virus en Python !

Temporalité
Février 2017
Image v3
Créez votre premier virus en Python !
Article mis en avant

Résumé

Qui n'a pas été confronté au moins une fois dans sa vie à un virus informatique ? Ces petits programmes nuisibles ciblent prioritairement les possesseurs de machines sous Windows, mais peuvent très bien atteindre également des systèmes GNU/Linux ou OS X. Pour comprendre les mécanismes de base de ces programmes, je vous propose de créer votre propre virus.

Dans ce numéro...


Ils sont parmi nous ! Les virus, ces programmes étranges venus d'une autre machine. Leur destination : votre ordinateur. Leur but : nuire, dérober des données, extorquer des fonds, etc.
Dans un précédent article (voir GNU/Linux Magazine n°198), nous avons pu voir la nouveauté phare de la version 9.6 de PostgreSQL. Mais il ne s’agit pas de la seule amélioration de cette nouvelle version. Les développeurs ont passé aussi beaucoup de temps sur l’API de gestion des tables distantes, sur les possibilités offertes par la réplication physique, et sur plusieurs optimisations du moteur. Ils ont aussi travaillé sur différents aspects de l’administration comme la sauvegarde et la sécurité.
Est-ce qu'un projet se limite au code qui le compose ? Non, bien entendu, mais nous avons toutes et tous tendance à bien trop souvent l'oublier. Même si bien entendu sans code, un projet n'est rien, et s'il n'y a rien d'autre que du code, comment le comprendre ou lui faire confiance ?
Température, pression, vitesse, puissance, sondage, euros, clics, position géographique… tout est mesuré, jaugé, quantifié, comparé, de nos jours ! Et avec pour conséquence un accroissement vertigineux de la quantité de données disponible sur un sujet donné. Cette masse de données fait le régal des « data scientists », et offre des perspectives dans de nombreux domaines, et pas uniquement pour offrir aux consommateurs toujours plus à consommer. Mais quel que soit l’usage que l’on fait de ces données, il faut de la puissance pour traiter très rapidement de grands ensembles, et de la souplesse pour pouvoir explorer sans contrainte. Bref, il nous faut un Lisp la souplesse du Python et les performances du C.
Cet article présente atop [1], un outil en ligne de commandes interactif pour la supervision de performance sur des systèmes basés sur Linux. Nous explorerons ses fonctionnalités en montrant comment il permet d'extraire divers compteurs de performance avec un niveau de détail très fin. Son interface interactive en ligne de commandes étant inadaptée pour être utilisée efficacement dans un contexte de supervision opérationnelle, nous montrerons aussi comment, avec quelques astuces et des scripts spécifiques, les compteurs d'atop peuvent être extraits, agrégés et injectés dans Graphite, afin d'être visualisés avec Grafana dans un environnement opérationnel.
Cet article présente la conception matérielle et logicielle d'un objet connecté à base d'une carte Raspberry Pi 3 B mettant en œuvre le réseau sans fil ZigBee afin de réaliser un objet connecté.
Ah, que de bons souvenirs avec l'assembleur ! Je ne sais pas pour vous, mais moi je n'y ai touché qu'une fois, en licence (de nos jours on dit L3), pour parvenir péniblement à réaliser une division. Des années plus tard, je me dis que j'ai peut-être raté quelque chose et qu'à défaut de devenir un pro de l'assembleur, il pourrait être intéressant d'en comprendre quelques rouages.
Nous allons aborder différentes commandes ou logiciels consacrés aux fichiers binaires, en traitant un problème lié à un format non documenté.
Haxe est un langage de programmation permettant – entre autres – le développement d'applications web compilées en PHP ou en JavaScript (pour le navigateur ou Node.js). Il présente l'intérêt d'avoir un typage strict, ce qui permet la détection de certaines erreurs dès la compilation.
En tant que développeur Android, vous avez probablement déjà fait face aux limitations des Asynctask, notamment sur la gestion des erreurs, de la rotation de l'écran, des « memory leaks », des exécutions en parallèle, etc. Si tel est le cas, nous allons voir dans la suite, une nouvelle façon de traiter les données de façon asynchrone sans pour autant parler d'Asynctask, de Services ni de Thread (Runnable).
La popularité de Kerberos comme solution de contrôle d’accès aux services d’un réseau est avérée. Malheureusement, nativement, Kerberos ne peut filtrer les accès à un site internet. Mod_auth_kerb, un module Apache bien connu des administrateurs système, répond à ce besoin.L’objet de cet article est donc de détailler son fonctionnement et de faciliter sa mise en place. On verra au passage que l’utilisation de ce produit nécessite de prendre quelques précautions...

Magazines précédents

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body