GNU/Linux Magazine Hors-série N°
Numéro
75

Raspberry Pi

Temporalité
Novembre/Décembre 2014
Image v3
Raspberry Pi
Article mis en avant

Résumé

Il y a quelques mois, nous proposions un guide de Linux Pratique sur le Raspberry Pi qui exposait les bases pour prendre en main ce mini-ordinateur. Depuis, l'été et ses nombreux apéritifs vous ont probablement permis d'expérimenter la fabrication d'un distributeur à cocktails. De même, vos nombreux invités ont pu tester vos talents culinaires mais également la précision de vos cuissons grâce à votre compte à rebours ultra design (et un peu geek) réalisé avec votre petite carte « magique ». En bref, vous avez pu tester les multiples possibilités de ce petit mais non moins efficace outil qu'est le Raspberry Pi.

Dans ce numéro...


La fondation Raspberry Pi avait jusqu'à présent produit deux versions de sa carte, la A et la B. La version B était une évolution importante par rapport à la A. La version B+ est une simple mise à jour de la B, mais mérite cependant quelques explications.
Un des facteurs du succès du Raspberry Pi est son port d'entrées-sorties générales. Pour preuve, le nouveau modèle B+ fournit encore plus de broches GPIO ! On peut y accéder au moyen de quasiment tous les langages : nous allons voir ici comment le faire en Bash et en C, puis nous étendrons le nombre de signaux en sortie.
La communication suivant le protocole SPI est très rapide, car les fréquences sont élevées et le dialogue totalement bidirectionnel « full-duplex ». Ce type de communication sert typiquement pour établir un lien entre un processeur et des périphériques (capteurs, etc.), mais on peut aussi l'utiliser pour dialoguer avec un microcontrôleur, comme nous le ferons dans l'article suivant.
Nous avons vu dans l'article précédent le support SPI proposé par le Raspberry Pi. Nous allons mettre ceci en pratique en communiquant avec un petit microcontrôleur simple à programmer : le MSP430...
Le Raspberry Pi est une plateforme bon marché, mais ne possède pas un processeur très puissant. Un simple programme « Hello World ! » met plusieurs secondes à compiler…. Et un noyau Linux plus de 15 heures… On se rend bien compte qu'il n'est pas vraiment possible de développer directement sur cette plateforme sans une perte de temps considérable. Pour pallier cela, nous allons utiliser la compilation croisée ou « cross compilation » pour réduire drastiquement les temps de génération des programmes.
La carte Raspberry Pi (RPi) fut initialement conçue comme un « PC bon marché ». Elle dispose donc d'un contrôleur graphique performant permettant la connexion à un écran HDMI externe. Dans cette configuration, il est possible d'utiliser un mode accéléré (OpenGL) compatible avec des bibliothèques graphiques telles que Qt 5. Cependant, de nombreuses applications embarquées utilisent un écran local (fixé à la carte) souvent tactile et permettant d'utiliser une application métier. Dans cet article, nous allons décrire la mise en place et l'utilisation sous Qt et DirectFB d'un écran 320x240 2,8 pouces, connecté au bus SPI de la carte RPi.
La Raspberry Pi (RPi) est le plus souvent utilisée sous GNU/Linux. Il est cependant possible de l'utiliser avec des systèmes beaucoup plus légers comme des RTOS (Real Time Operating System). L'exécutif RTEMS est disponible depuis quelques mois sur la RPi. Après avoir mis en place la chaîne de compilation croisée, nous présenterons quelques exemples dont un pilote pour les GPIO de la RPi. Les tests sont réalisés sur les modèles B et B+ de la RPi.
Le protocole i2c est le plus épuré des bus de communication entre un processeur et ses périphériques. Très simple à employer par le hobbyiste, nous allons le mettre en œuvre pour lire et programmer un capteur de température externe. Ce dernier ne nous servira qu'à titre d'exemple, tout périphérique i2c pouvant convenir.
La notion de temps réel est source de nombreuses controverses dans le monde du développement informatique. Je commencerai donc par qualifier les différentes classes de systèmes temps réel que l'on considère habituellement. Nous pourrons alors voir quelles sont les différentes solutions utilisables pour le Raspberry Pi et les niveaux de qualité que nous pouvons en attendre.

Magazines précédents

Les systèmes BSD
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°74
Les systèmes BSD
Python : niveau avancé à expert
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°73
Python : niveau avancé à expert
Ligne de commandes
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°72
Ligne de commandes
Je programme
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°71
Je programme
Langage C
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°70
Langage C
Exploiter au mieux votre projet open source
GNU/Linux-Magazine Hors-série N°69
Exploiter au mieux votre projet open source

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body