Les articles de MISC N°52

Cet article présente quelques techniques d'exploitations des injections SQL dans les clauses « order by ». Cet article est basé sur PHP/MySQL afin d'être facilement reproductible, mais peut être appliqué à d'autres bases de données et langages.
De nos jours, les applications web deviennent de plus en plus complexes, entre les technologies web qui évoluent à la vitesse de la lumière, les langages de développement qui encapsulent de plus en plus de bibliothèques et de méthodes, et les produits qui profilèrent comme des champignons. Face à cette situation, les entreprises se trouvent contraintes à faire confiance à des usines à gaz pour déployer leurs applications métiers hautement critiques.À vrai dire, la décision s’avère difficile quand il faut choisir entre une architecture «n-tiers» ou client-serveur, entre une spécification J2EE ou dot Net, et enfin, entre un serveur d’applications Jboss ou Weblogic.Cet article a pour objectif de mettre en lumière quelques aspects de sécurité du produit Weblogic. Rappelons qu’une étude détaillée du produit Jboss a été réalisée par l’entreprise «RedTeam» [1]. Cette dernière a récemment publié une nouvelle méthode d’exploitation du serveur Jboss [2].
Dans le précédent numéro de MISC (51), je présentais l'analyse d'un packer customisé servant à protéger le malware Zeus. Pour se propager, celui-ci est maintenant installé par un autre malware, le virus Murofet. Cet article présente les techniques d'infection d'exécutables PE, ainsi que la génération de domaines pseudo aléatoires.
Contrairement à une idée reçue, Wireshark est bien plus que juste tcpdump avec une interface graphique ou un nid à vulnérabilités. Cet article présente en quoi Wireshark est le compagnon indispensable pour l'analyse réseau, à l'aide de quelques petites études de (p)ca(p)s.
Scapy a été architecturé pour fonctionner dans un mode stimulus-réponse. C'est tout ce qui est nécessaire pour accomplir scan de ports, traceroutes, collectes d'IP ID, etc. Mais lorsqu'il s'agit de transfert de fichier TFTP ou de connexion TCP, où l'échange de paquets n'est plus une suite stimulus-réponse-stimulus-réponse-..., c'est insuffisant. Nous allons donc voir deux façons de parler d’un protocole qui échangerait des messages dans une connexion TCP, en s'attardant sur les facilités offertes par Scapy pour créer des automates réseau. D'autres méthodes existent et sont détaillées dans [5,6,7,8].
Cet article présente 2 outils indispensables lors de la réalisation d'un test d'intrusion web : un navigateur et un relais HTTP. Pour cet article, Firefox et Burp ont été choisis car ils représentent probablement la solution la plus utilisée et ont l'avantage de fonctionner sur la plupart des systèmes d’exploitation.
Le framework metasploit a bien évolué et est de plus en plus utilisé depuis la version Perl sortie en 2003. Nous allons ici présenter des fonctionnalités de cet outil avec comme fil rouge une intrusion fictive.
Cet article propose une idée originale pour augmenter le niveau de sécurité d'un LAN d'entreprise. Le LAN considéré dans cet article est un réseau IP constitué de machines fixes généralement en adressage privé [RFC 1918], connecté à Internet, protégé par un firewall [Wikipedia Firewall]. Le LAN est un réseau à risque. En effet, il est constitué d'ordinateurs qui ont accès à Internet et d'utilisateurs non sensibilisés aux risques informatiques. Des administrateurs réseau et système ont pour rôle de garantir un niveau de sécurité acceptable concernant ces machines et ces utilisateurs.
Alors que les cartes à puce sont de plus en plus présentes dans notre environnement, et que les lecteurs, avec ou sans contact, sont de moins en moins chers, peu d'outils permettent aux usagers d'examiner le contenu de leurs cartes. Dans cet article, nous présentons tout d'abord la philosophie et l’objectif de notre outil libre, PSSI (Python Simple Smartcard Interpreter). Nous rappelons ensuite les bases concernant la communication avec une carte à puce, afin de comprendre ce dont l’outil permet de s’abstraire. Enfin, nous présentons un cas concret d’utilisation du logiciel pour lire une carte SIM.
La plupart des personnes ayant un jour audité un système AIX connaissent les vulnérabilités CVE-2009-3699 et CVE-2009-2727 qui confèrent l'une comme l'autre un shell root distant à l'attaquant. Les exploits correspondants sont relativement communs (metasploit lui-même en embarque deux [1]). Néanmoins, la plupart des gens ignorent que ces exploits ne fonctionnent pas nécessairement sur AIX 6.1, dont la stack et la heap ne sont pas toujours exécutables. Cet article traite de la vulnérabilité CVE-2009-3699 et explique comment l'exploiter en dépit des protections mémoire potentiellement mises en place par l'administrateur.
Nous présentons dans cet article la version 2 du langage HAWK, permettant de réaliser avec un seul outil des contrôles avancés de configuration sur n’importe quel type d’équipement (Cisco, Juniper, Alcatel, Packet-filter, etc.) [HAWK v1]. Cette nouvelle version utilise un préprocesseur «macro » permettant d’exprimer intuitivement des règles complexes. Cet article présente aussi la bibliothèque Cisco alors que le prochain article présentera les bibliothèques Juniper, Alcatel et Packet-filter. Celles-ci sont toutes disponibles, ainsi que le compilateur HAWK, sur notre site [HAWK v2].   
La photographie est omniprésente. Son récent statut numérique a eu cette triple conséquence d’élargir les possibilités de prise de vue, d’amplifier les moyens et canaux de diffusion et enfin, de multiplier et de vulgariser les outils logiciels de manipulation de l’information portée. Les altérations que peuvent subir les photographies numériques sont devenues multiples, en nature comme en profondeur. Dans tous les cas, il est devenu extrêmement difficile de mesurer la confiance que l’on peut attribuer à une photographie. Or, il s’agit là d’un enjeu majeur dans toute entreprise de veille, de sécurité et de renseignement. C’est également le cas dans les procédures judiciaires où la preuve par l’image est régulièrement la source de débats de fond complexes et où il conviendrait de fournir à la Justice des moyens criminalistiques efficaces apportant des éléments de preuve scientifique. Enfin, il faut savoir compléter la technologie par d’autres approches telles la sémiotique, qui seule peut nous renseigner sur l’intégralité du processus de manipulation par l’image et sur le but poursuivi par le manipulateur.