MISC N°
Numéro
116

EDR : Quel apport pour la sécurité de votre parc ?

Temporalité
Juillet/Août 2021
Image v3
EDR : Quel apport pour la sécurité de votre parc ?
Article mis en avant

Résumé

La supervision de la sécurité des terminaux est souvent le parent pauvre des directions informatiques. Pendant longtemps, l’alpha et l'oméga en matière de gestion de la sécurité des terminaux se sont résumé à un antivirus, avec dans le meilleur des cas une console centralisée, l’application des patch tuesday et une authentification via contrôleur de domaine sans droits d'administration pour les usagers.

Dans ce numéro...


À chaque nouvelle élection, surtout lorsque le taux de participation est décevant, revient le marronnier du vote électronique par Internet : « Face à l’abstention massive, un chantier urgent s’impose : la modernisation du vote. Vote par correspondance, vote électronique sécurisé : notre démocratie doit s’adapter à nos vies d’aujourd’hui, en restant irréprochable ! » [1].
Après un article sur une confusion de type [1] et sur la sérialisation [2], il faut bien que l’on vous présente une combinaison des deux avec en bonus, un TOCTOU et des objets pas vraiment immuables dedans. Eh oui ma p’tite dame, tout cela est bien dans le CVE-2020-2805 la dernière vulnérabilité Java qui permet de s’échapper de la sandbox. Du code Java c’est comme Freddie, ça veut toujours se libérer.
2020 a confirmé que Cobalt Strike était bel et bien entré dans la boîte à outils de la plupart des groupes d’attaquants. D’Ocean Lotus au groupe derrière les attaques de Solar Winds, Cobalt Strike est partout. Que vous travaillez en SOC ou en threat intelligence, il est probable que vous allez rencontrer ce malware dans votre activité. Cet article fournit quelques clés afin d’analyser une attaque utilisant Cobalt Strike.
Cette série d’articles étudie les différentes techniques de mouvements latéraux au sein d’environnements Windows. Les concepts et outils utilisés à des fins offensives seront présentés dans l’article, ainsi que les journaux et traces qu’ils génèrent.
Réduire le temps de détection d'une attaque et sa remédiation est un enjeu crucial. Une technologie apportant de nouvelles solutions fait parler d'elle, son nom : EDR pour Endpoint Detection and Response. Mais qu'est-ce qu'un EDR, comment l'évaluer, le déployer ? Comment se démarque-t-il des autres solutions du marché ?
Au cœur des stratégies de défense des terminaux, les EDR se positionnent comme des compléments, parfois même remplaçants, efficaces des solutions antivirales classiques. Cet article étudie les fondamentaux des mécanismes permettant aux EDR de superviser les opérations réalisées sur un système Windows, tels que l’userland hooking, l’utilisation des kernel callbacks, et des évènements de Threat Intelligence.
Les particularités du système Android ainsi que son modèle de sécurité peuvent limiter les fonctionnalités d'une solution de type EDR. Dans cet article, nous montrons ce qu'il serait possible de faire et les limites imposées par l'environnement Android.
CheckMyHTTPS est un projet open source français censé, sur demande, indiquer à l’utilisateur si sa connexion est surveillée ou non via une attaque de type « Man-In-The-Middle » (MITM). Lorsque l’on navigue sur le Web, le petit cadenas (souvent vert) affiché par votre navigateur indique que la communication est « sécurisée ». Si ce cadenas rassure l’ensemble des néophytes, il n’est en réalité pas si complexe à usurper. Les attaques MITM appliquées au protocole TLS/SSL permettent d’espionner les communications, tout en gardant ce cadenas activé fournissant ainsi seulement un sentiment de sécurité. Néanmoins, nous avons trouvé comment un attaquant pourrait mettre à mal cette sécurité en utilisant précisément l’attaque dont il cherche à se prémunir. CheckMyHTTPS est un exemple de produit procurant une fausse illusion de sécurité parce qu’il est en retard sur les technologies modernes.
Dans cet article, nous aborderons CSP, cette politique souvent mal configurée, voire complètement absente. Nous étudierons également quelques cas réels de contournement rencontrés lors de tests d’intrusion.
Dans cet article, nous présentons la réglementation de l’UNECE WP.29 qui ambitionne, en s’appuyant sur des standards de cybersécurité existants et d’autres à venir, de traiter le sujet de la cybersécurité dans l’écosystème automobile et tout au long du cycle de vie des véhicules. Cette réglementation porte sur les exigences organisationnelles et techniques de cybersécurité couvrant les véhicules, les moyens de production et la Supply Chain. Nous présentons également les impacts de la réglementation pour les acteurs du secteur automobile et du monde de la cybersécurité.

Magazines précédents

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Body