Les articles de Hackable N°22

Image promotionnelle
L'ESP32 : l’« Arduino » économique ultime avec Wifi et BLE ?
Article mis en avant

L'ESP32 : l’« Arduino » économique ultime avec Wifi et BLE ?

Nous avons de nombreuses fois évoqué les plateformes et cartes à base de modules ESP8266 qui maintenant sont monnaie courante et accessibles à bas coût, tout en étant utilisables dans l'environnement Arduino. Le successeur de l'ESP8266 se nomme ESP32 et apporte un incroyable lot d'améliorations qui le destine clairement à la même carrière que son prédécesseur. Il reste des points à améliorer, mais l'ESP32 est désormais presque aussi facile à prendre en main qu'un ESP8266 ou n'importe quelle carte Arduino. Voyons cela ensemble...
Il y a des limites que je ne franchirai pas.
Dès lors qu'il s'agit d'équipement et d'outillage, ma philosophie est relativement simple : mieux vaut un matériel cher qui vous dure 20 ans qu'un modèle d'entrée de gamme sans marque de mauvaise qualité que vous changerez tous les 12 mois. Mais quid du super économique, un peu étrange, à un prix si dérisoire qu'après tout s'il arrive en petits morceaux, ne sera pas vraiment une déception ? Eh bien, dans ces cas-là, on peut vraiment avoir de bonnes surprises. Petit exemple avec un fer à souder USB !
Le module Digispark USB de la société Digistump [1] est issu d’un projet Kickstarter. Il s’agit d’une carte de développement basée sur un microcontrôleur Atmel Attiny 85 dans le même principe que les cartes Arduino. Elle est plus petite et moins chère, car elle possède très peu d’entrées/sorties. Son faible encombrement en fait une carte de choix pour les petites intégrations électroniques et les montages simples. Dans la suite, nous utiliserons un clone chinois encore moins cher : environ le quart du prix de l’original, soit 2,5€ frais d’envoi compris.
Dans Hackable n°20, nous avions détaillé l’utilisation d’un module d’extension pour notre framboise préférée : la carte Sense HAT et sa matrice de leds RGB. Nous allons ici nous intéresser à un autre module qui embarque une matrice 8x8 de leds tricolores RGB : la carte Pimoroni Unicorn. Voyons comment la mettre en œuvre.
Il y a plein de bonnes raisons de rendre un montage autonome et tout autant de façons de faire, de la plus accessible à la plus complexe en passant par l'utilisation de batteries pour smartphone ou les circuits maison de A à Z. La gestion de la charge et de la décharge d'un accu est cependant un domaine à part entière qui nécessite des connaissances importantes sur les technologies utilisées. Mais entre la solution 100% originale et le produit « clé en main », il y a un juste milieu, à la fois économique et facile à mettre en œuvre.
Les amateurs de plateformes et modules à base d'ESP8266 qui ont fait leurs premières passes d'armes il y a bien longtemps le savent : les premiers modules disponibles, les ESP-01, font désormais figure d'antiquités. 512 Ko de flash, seulement deux broches utilisables, nécessitant des composants annexes pour être programmés comme des Arduino, c'est à se demander s'ils peuvent vraiment être encore utiles à quelque chose aujourd'hui... Avec un fer à souder et de la patience, il est cependant possible de les remettre dans la course !
Oui, vous avez bien lu le titre, aujourd'hui nous allons faire un grand bond en avant ! Dans le précédent épisode, nous avons été en mesure d'écrire un premier programme en assembleur et l'exécuter sur notre ordinateur rudimentaire à base de Z80. Mais il ne s'agissait que de stockage en mémoire morte. Il est temps à présent d'offrir à notre projet une mémoire vive « virtuelle » et d'ouvrir en grand les portes d'un tout nouveau royaume aux possibilités infinies...