Linux Pratique Hors-série N°
Numéro
41

Retrogaming : le guide pour retrouver le plaisir des classiques du jeu vidéo

Temporalité
Février/Mars 2018
Image v3
Retrogaming : le jeu vidéo face à l’éternité
Article mis en avant

Dans ce numéro...


Noël 1980, Jean-Charles a 12 ans et il est heureux. Il espérait un beau TGV Jouef, mais c’est finalement une console de jeu Atari 2600 qu’il a trouvé sous le sapin...
Dès lors qu'on met son nez dans le monde de l'émulation de vieilles machines ou consoles, on se retrouve rapidement confronté à une terminologie parfois assez déroutante. Si on ajoute à cela des raccourcis malheureux faits par des personnes n'ayant pas forcément les compétences techniques nécessaires, qui sont vastement propagés de-ci de-là, on se retrouve avec une soupe de termes où il est presque impossible de s'y retrouver. Clarifions un peu tout cela !
Qui n’a pas eu envie de rejouer à un vieux jeu vidéo, qui a vu le jour dans les années 80 ou 90 ? Pour autant, a-t-on le droit de tout faire ? Quelle est la nature juridique d’un jeu vidéo ? Qu’est-ce que cela implique légalement d’utiliser un émulateur ? Tour d’horizon d’un casse-tête.
Dès les débuts du PC au commencement des années 80 (du siècle dernier !), des jeux sont apparus pour ce qui était alors le système roi, l’horrible DOS – alimentant une guéguerre assez puérile avec les partisans d’Apple, d’Amiga ou des consoles dédiées. Certains jeux connurent un énorme succès, mais beaucoup disparurent avec le DOS il y a presque vingt ans. Heureusement, ces anciennes gloires peuvent ressusciter grâce à l’émulateur DOSBox.
Arrivé sur le marché français en 1983, l’Oric 1, cet ordinateur familial à faible coût, a tout d’un grand. Architecturé autour d’un 6502, comme l’Apple II, un circuit dédié à l’affichage, un autre à la génération de sons, de la RAM assez large, un langage Basic extensible, on peut le connecter sur un simple téléviseur muni d’une prise Péritel. Des graphismes couleur, du son, un ordinateur avec lequel on va se faire vraiment plaisir ! Ces années-là, c’est aussi la création de la société française Loriciels, dédiée à la création de jeux vidéo sur ordinateurs familiaux. Coc-Oric-o.
La fin des années 80 a été marquée par l’avènement des ordinateurs 16/32 bits basés sur le processeur Motorola 68000. Plus puissants que leurs aînés, ils ont permis de faire rentrer dans les foyers des jeux rivalisant avec les bornes d’arcade. En 1985, l’Atari ST fit son apparition à prix abordable, et des centaines de jeux furent produits pour cette machine. Aujourd’hui, l’émulateur Hatari permet d’y jouer à nouveau, pour notre plus grand bonheur.
Les machines Commodore ont représenté pour beaucoup de familles et individus leur première rencontre avec l’informatique. Les émuler et les redécouvrir, c’est autant une aventure technique qu’un retour sur les concepts même qui ont forgé l’informatique dite familiale.
RetroFE est un programme qui permet de rendre accessibles différentes plateformes de jeux depuis une seule et même interface graphique conviviale à l'instar de Kodi pour les contenus multimédias.
MAME, ou Multiple Arcade Machine Emulator, est un émulateur de bornes d'arcades. Comme son nom l'indique, il peut émuler de nombreuses bornes d'arcades. Le projet MAME fut conçu par Nicola Salmoria, en 1997, comme un série d'émulateurs pour jeux individuels. Aujourd'hui, le projet MAME est devenu un unique émulateur multi-jeux avec plus d'une centaine de contributeurs [1].
L'engouement pour les ordinateurs et consoles vintages est tel que certains constructeurs historiques se sont lancés sur le marché ! Alors, pourquoi ne fabriqueriez-vous pas votre propre console vintage ? Une qui vous permettrait non pas de profiter d'une seule console, mais de toutes celles de votre enfance grâce à Lakka !
Dans l’article qui suit, je vais vous présenter RetroPie, une solution clé en main permettant de jouer (ou de rejouer) aux jeux vidéo de ma jeunesse (et peut-être aussi de la vôtre) avec les technologies d’aujourd’hui (c’est-à-dire, sans se lever de son canapé pour changer de jeu, c’est beau le progrès).

Magazines précédents

Créez votre réseau local
Linux-Pratique Hors-série N°40
Créez votre réseau local
Mémo ligne de commandes
Linux-Pratique Hors-série N°39
Mémo ligne de commandes
Je personnalise mon site WordPress
Linux-Pratique Hors-série N°36
Je personnalise mon site WordPress
Je crée mon site avec WordPress 4.x
Linux-Pratique Hors-série N°35
Je crée mon site avec WordPress 4.x

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body