Linux Pratique Hors-série N°
Numéro
29

Musique et son sous Linux

Temporalité
Février/Mars 2014
Image v3
Musique et son sous Linux
Article mis en avant

Dans ce numéro...


Numériser un son, c'est échantillonner et quantifier le signal audio. Le son ainsi converti en données numériques, peut être ensuite interprété par n'importe quel dispositif informatique. Dans cet article, nous reviendrons tout d'abord sur ce qu'est le son, puis sur les détails de la numérisation. Nous aborderons également les techniques de compression, et nous rappellerons les caractéristiques des principaux codecs audio afin de vous guider dans vos choix d'encodage.
Le son est la vibration d'un milieu fluide, dans notre cas, la vibration de l'air qui est traversé par des ondes. Au sein de l'espèce humaine, tous les individus n'entendent pas les mêmes sons, car ces ondes ont des fréquences variables comprises entre 20 Hz et 20 kHz. La différence de perception provient de capacités auditives innées différentes, des différentes expositions à des sons nuisibles au cours de notre vie et à l'éducation musicale de notre oreille.
Audacity est parmi les logiciels libres les plus populaires et les plus utilisés. Les raisons principales de ce succès résident dans la grande stabilité du logiciel au cours du temps, dans son interface simple et efficace, et une très bonne intégration avec les serveurs de son présents dans les systèmes d'exploitation sur lesquels il repose. Du fait de cette grande stabilité, le logiciel a connu de nombreux guides, tutoriels et articles de magazines qui permettent de mieux appréhender ses capacités.
Boîte à rythmes libre, Hydrogen a beaucoup d'atouts. Performant et simple d'utilisation, il tient la barre haute à bon nombre de logiciels commerciaux. Selon votre désir, il pourra s'utiliser indépendamment ou en émulation de boîte à rythmes basée sur les patterns. Vous pourrez également y connecter votre séquenceur externe ou votre clavier. Alors, à vous de jouer !
Vous aimeriez vous lancer dans la musique assistée par ordinateur, mais n'arrivez pas à jouer la Sonate au clair de lune sur votre clavier Azerty ? Mieux vaut connecter un vrai clavier musical à votre système d'exploitation préféré ! Nous allons voir comment connecter un instrument MIDI et interagir avec lui depuis Linux. Mais si vous n'avez pas d'instrument MIDI, ne passez pas votre chemin, vous ne serez pas oublié.
Dans le domaine du libre, Rosegarden est l'un des logiciels phares de composition musicale. Il vous permettra d'enregistrer et de jouer des pistes MIDI, de mixer pistes MIDI et audio, mais également de travailler directement sur une partition musicale.
ZynAddSubFX est un logiciel libre de type synthétiseur musical, capable de produire et d'éditer un nombre illimité de combinaisons sonores pour réaliser des montages audio ou de la musique assistée par ordinateur. Le logiciel permet d'empiler virtuellement 16 sons ou instruments standards, tous paramétrables pour produire un son finalisé sophistiqué.
Produire et manipuler des sons, c'est bien. Mais graver sur le papier nos créations musicales, c'est bien aussi, car cela permet de plus facilement les échanger et travailler avec d'autres. Tâche délicate où la qualité graphique du résultat est sans doute plus prégnante que pour du simple texte, la production de partitions bénéficie aujourd'hui d'outils très performants.
Si vous êtes musicien et avez un petit groupe, vous aurez sûrement envie de franchir le pas et enregistrer l'une de vos compositions ou reprises pour la déposer sur un des nombreux sites de type Soundcloud, Spotify ou GrooveShark. Avec un peu de matériel (une bonne carte son), la station audio-numérique libre Ardour et du travail, vous pourrez obtenir un résultat de très bonne qualité.
On ne va pas s'en plaindre, l'offre logicielle dans ce domaine semble intarissable... Bien souvent, chacun se satisfait du lecteur de musique intégré par défaut à sa distribution, mais pour d'autres, les fonctionnalités ne sont pas suffisantes, l'ergonomie n'est pas au rendez-vous, etc. Voici donc une petite revue (non exhaustive, évidemment) des lecteurs de musique disponibles sous Linux.
Dans cet article, nous allons découvrir en détails le logiciel Mixxx et ses fonctionnalités. Puis, dans une seconde partie, nous verrons comment utiliser une console de mix (une Hercules DJ console MK2) pour piloter notre logiciel de mixage.

Magazines précédents

Recyclez !
Linux-Pratique Hors-série N°28
Recyclez !
HTML 5 - Découvrez le Web du futur !
Linux-Pratique Hors-série N°25
HTML 5 - Découvrez le Web du futur !
Initiation à JavaScript
Linux-Pratique Hors-série N°24
Initiation à JavaScript
La programmation avec Python
Linux-Pratique Hors-série N°23
La programmation avec Python

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body