Reflasher le bootloader de son Vidor 4000 « briqué » avec une Raspberry Pi

Magazine
Marque
Contenu Premium
Domaines


Résumé

« Briquer » une carte, un module ou un smartphone est un terme que je trouve absolument pertinent. Cela désigne le fait d'arriver à un stade, après maintes bidouilles ou erreurs, où le matériel est dans un tel sale état de configuration qu'il n'est plus possible de s'en sortir par des moyens logiciels courants et standards. L'objet se transforme littéralement en brique, juste bon à servir de presse-papier high-tech. Cela m'est précisément arrivé avec une carte Arduino MKR Vidor 4000. Mais à cœur vaillant (et obstiné) rien d'impossible et voici donc la solution pour vous sortir du même pétrin.


La carte Arduino MKR Vidor 4000 ou, dans la suite de cet article, « le » Vidor 4000 (oui, j'attribue le genre que je trouve pertinent aux choses qui n'en n'ont pas, une RPi femelle et un Vidor mâle, c'est comme ça) est un matériel très différent des autres cartes Arduino et en particulier des modèles les plus courants comme l'Arduino UNO. Très différent, mais aussi d'une tout autre complexité. Le Vidor 4000 est un monstre de technologie, de ressources et de fonctionnalités. Pourtant, comme l'Arduino UNO, celui-ci embarque un bootloader chargé de faciliter sa programmation sans avoir recours à un équipement supplémentaire.

Dans le cas d'une carte UNO, ceci évite d'avoir à utiliser un programmeur AVR ISP. Dans celui du Vidor 4000, une sonde JTAG. Le bootloader n'est rien d'autre qu'un petit bout de code, exécuté dès la mise sous tension (ou un reset), communiquant avec l'ordinateur et écrivant en mémoire flash les programmes que vous souhaitez faire...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Une brève histoire des ASIC libres

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Derrière les annonces sur l’initiative Google/Skywater, à l'heure où NVIDIA rachète ARM et donc booste mécaniquement RISC-V, c'est toute une industrie qui va lentement, et inexorablement, basculer vers... un peu plus d'ouverture. Pour faire le point et envisager tout ce qu’il reste à faire, voici une rapide rétrospective, une petite revue des pratiques et de l’histoire de l'industrie impitoyable des galettes de silicium.

Libérez votre CPU, utilisez l’accès direct mémoire : le DMA

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’article « Pilotez de manière optimale vos afficheurs LED » de Hackable Magazine no34 illustre la manière dont on doit envisager la programmation embarquée : ne pas faire maladroitement en software ce que le hardware prend en charge. Depuis bientôt 10 ans, les microcontrôleurs 32 bits proposent en standard un ou plusieurs contrôleurs DMA qui transfèrent des données entre mémoire et périphériques sans mobiliser le CPU, n’attendons donc pas pour les mettre au travail.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.

Motoriser une antenne directionnelle avec un ESP8266

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Cet article aurait pu s'intituler « pointez les choses dans le ciel avec un ESP8266 », car en réalité, l'application de ce qui va suivre à la réception de signaux venus de l'espace n'est qu'une utilisation parmi tant d'autres. Notre objectif ici sera de motoriser une antenne de façon à la pointer automatiquement en direction d'un émetteur mobile, et plus exactement, un satellite en orbite basse (< 2000 km). Le tout, bien entendu, en le suivant alors qu'il se déplace.