Apprenez à récupérer vos données et fichiers effacés

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
55
Mois de parution
septembre 2009


Résumé
Il arrive à tout le monde d'effacer des fichiers par mégarde. Une fois que le mal est fait, il ne reste qu’une alternative : se lamenter sur son triste sort (« mais qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour mériter ça...? ») ou prendre son courage à deux mains et utiliser les outils permettant de réparer l'erreur ou, pour le moins, de limiter les dégâts.


Lorsque vous effacez un fichier de votre disque dur, vous ne l'effacez pas physiquement : vous détruisez seulement le pointeur qui y fait référence. En d'autres termes, imaginez un annuaire dans lequel figurent les noms et adresses de vos amis. Si vous souhaitez vous rendre chez Paul, vous consultez la page correspondante de l'annuaire, vous notez l'adresse et vous pouvez ainsi retrouver votre ami. Si l'adresse de Paul a été effacée de l'annuaire (nous considèrerons bien sûr que vous ne connaissez pas son adresse par cœur), vous ne pourrez plus vous rendre chez lui... mais Paul est bien vivant ! Tant qu'il ne déménage pas vous devriez pouvoir le retrouver. Il en va de même avec les fichiers de votre disque dur : tant qu'aucune donnée ne vient remplacer tout ou partie du fichier que vous souhaitez récupérer, le fichier peut être lu.

Ceci nous amène à un élément essentiel de la récupération de données : dès que vous constatez la perte de données, cessez...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
254
Mois de parution
décembre 2021
Résumé

Lorsque l’on vend un logiciel, il faut satisfaire le client pour espérer en acquérir de nouveaux. Ceci est d’autant plus vrai lorsque le produit en question est vendu sous la forme d’un service. Un de nos lecteurs m’a fait remonter une information croustillante : disposant d’un site internet géré et alimenté en actualités par un prestataire, il a demandé à connaître le nombre de connexions clients ainsi que le nombre de vues par page, taux de rebond, etc.

Écriture d’une API REST en Python : le framework Flask RESTful

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
254
Mois de parution
décembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Les API REST sont très pratiques pour communiquer simplement avec un serveur. Lorsque l’on veut développer une telle API en Python, la première question que l’on doit se poser est de savoir quel framework employer. Dans cet article, nous allons découvrir l’un d’entre eux : le framework Flask RESTful.

Édito

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
117
Mois de parution
novembre 2021
Résumé

Les petits bugs d’affichage, ces petites erreurs qui n’entravent en rien le fonctionnement d’un programme et peuvent paraître complètement anodines, ruinent l’image d’un produit ou d’une marque en quelques secondes. Il paraît invraisemblable qu’il n’y ait pas au moins une personne pour vérifier ces « détails » : inutile d’embaucher un développeur hyper-qualifié, un simple individu sachant lire peut remonter ces erreurs.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous