L'environnement POSIX du mini serveur embarqué en C

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
177
Mois de parution
décembre 2014
Domaines


Résumé
Après les explications données précédemment sur le fond et la forme de HTTaP [1][2], nous pouvons commencer à coder notre petit serveur embarqué. Nous nous concentrons sur les fonctions de bas niveau essentielles au support du protocole HTTP/1.1. En effet, nous devons d'abord régler de nombreux détails en langage C, comme la configuration et les droits d'accès, en utilisant des techniques de codage communes aux autres types de serveurs TCP/IP.

HTTaP est un protocole construit au-dessus de HTTP/1.1, dont il hérite certaines caractéristiques, mais qui ne supporte que celles qui sont strictement nécessaires. Notre serveur est constitué d'un seul ensemble de fonctions en C et il doit fonctionner dans deux modes (« pollé » et bloquant) et dans deux environnements : comme un programme autonome, ou bien embarqué dans un autre logiciel qui peut être dans un autre langage (nous utilisons le VHDL). Les fonctions spécifiques à l'application sont alors prises en charge par un  wrapper, du code qui interface l'application avec le serveur HTTaP.

Nous nous appuyons sur le code développé pour le serveur HTTP/0.9 qui contrôle une LED, branchée sur le port GPIO d'un Raspberry Pi [3]. La version de départ est téléchargeable sur le dépôt GitHub du magazine et nous allons :

- configurer le serveur (avec les variables d'environnement),

- modifier les droits d'accès POSIX,

- permettre de changer à la volée le mode de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Prise en main de la NVIDIA Jetson Nano

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Les cartes de type Raspberry Pi ne sont pas forcément les plus adaptées pour y faire tourner des programmes mettant en œuvre des réseaux de neurones en embarqué. Aussi, de nouvelles cartes dédiées à l’IA apparaissent et nous allons découvrir dans cet article l’une de ces cartes, la Jetson Nano de NVIDIA.

C’est l’histoire d’un make…

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

L’outil make permet de fabriquer des fichiers selon des règles de production décrites dans une syntaxe très simple. Dans cet article, nous allons explorer les grands principes de l’écriture de ces règles et pour ceux qui ne sont pas encore familiers de cet outil, vous faire regretter d’avoir attendu si longtemps pour le connaître…

Un alter ego d’Eliza en Java faisant du calcul symbolique

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

ELIZA a été l’un des premiers programmes (chatbot) à avoir tenté de communiquer en langage naturel. Cet article est une tentative de démystification du comportement du programme. L’interprétation d’ELIZA présentée ici est une implémentation en français qui intègre la possibilité d’effectuer des calculs de dérivées en calcul symbolique.

Programmation avec le 6502 : vers des jeux plus évolués

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Nous savons à présent comment exploiter les capacités du 6502 et du PPU de la NES afin de faire des jeux, comme le Pac-Man présenté lors du dernier article. J'espère d'ailleurs que certains d'entre vous ont essayé, et sont parvenus à améliorer ce programme, disponible sur le GitHub du magazine. Aujourd'hui, nous allons voir que les cartouches de jeux elles-mêmes peuvent renfermer des trésors d'ingéniosité électronique, permettant d'augmenter les capacités de base de la console.

À la découverte des namespaces mount et uts

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Le namespace mount, premier d'une longue série de namespaces a été ajouté à Linux quelques années après chroot() pour offrir plus de possibilités et de sécurité dans l'isolation des systèmes de fichiers. Introduit peu après et indéniablement plus simple, le namespace uts permet d'instancier les noms de machine. Les conteneurs sont bien entendu les premiers clients de ces fonctionnalités.