Dans ce numéro...


L’analyse de binaires est un processus long et fastidieux, qu’il serait tellement plaisant d’automatiser, totalement ou en partie. C’est précisément le but d’angr...
Cet article a pour but d’introduire le lecteur au développement de plugins pour radare2 afin d’automatiser certaines tâches de rétro-ingénierie ou de recherche de vulnérabilités.
La recherche de vulnérabilités en passant par le fuzzing nécessite souvent une bonne préparation en amont afin de ne pas perdre un temps fou pour en définitive ne rien trouver. Cet article va présenter quelques techniques particulières à American Fuzzy Lop, célèbre pour avoir trouvé une quantité impressionnante de vulnérabilités dans des programmes tels que GNU bash, Perl, le kernel d'OpenBSD et bien d’autres.
Où l’on ne parle pas de crypto-monnaie, mais bien de cryptographie. Tester des primitives cryptographiques non pas pour vérifier leur conformité à une spécification donnée, mais bien pour s’assurer de leur sécurité est une tâche ardue. Voyons comment aborder ce problème.
Il arrive régulièrement que des algorithmes cryptographiques deviennent obsolètes ou des implémentations vulnérables. Dans cet article, nous reviendrons sur les raisons qui peuvent pousser à déprécier ces algorithmes ou implémentations et nous présenterons grap, un outil permettant de détecter des motifs à l’intérieur de binaires exécutables et pouvant être utilisé pour rechercher du code cryptographique. Nous illustrerons enfin notre technique avec un cas concret : la détection de MD5, une fonction de hachage cryptographique obsolète encore répandue aujourd’hui.
Les petits dispositifs embarqués font maintenant partie de notre vie quotidienne, mais quels sont les outils spécialisés nécessaires pour tester leur sécurité ?
Il existe un grand nombre de scanners de vulnérabilités web, mais très peu de moyens de trouver des failles de manière passive, sur un site en production. Snuffleupagus, module de sécurité pour PHP7 visant à augmenter le niveau de sécurité de sites web peut précisément être utilisé à cet usage.
Initialement créé en 2006, Wapiti était un outil à l’origine dédié à la recherche de failles XSS. Au fil du temps, ce logiciel libre s’est étoffé de nouveaux modules lui permettant de rechercher les vulnérabilités web les plus connues.La version 3.0.0 sortie en janvier 2018 apporte de nombreuses nouvelles options et marque le passage à Python 3.

Magazines précédents

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body