Initiation aux calculs numériques avec Scilab

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
97
Mois de parution
septembre 2016
Spécialité(s)


Résumé

Quel que soit le domaine, médical, aéronautique, automobile, chimique, biologique, l'ingénieur comme le chercheur utilise le calcul numérique pour modéliser, simuler ou optimiser les systèmes qu'il étudie. En mars dernier décollait de Baïkonour la fusée russe Proton transportant à son bord une sonde et un robot en direction de la planète Mars. Avant de parvenir à un tel succès, les ingénieurs ont réalisé de nombreux calculs et simulations. Par exemple, le CNES a développé un module nommé Celestlab permettant de réaliser le calcul de trajectoires et d'orbites pour diverses missions spatiales.


1. Présentation

Scilab est un logiciel libre français de calculs numériques très utilisé en ingénierie pour simuler des systèmes complexes et multiphysiques (mécanique, électronique, biologique...). Nombre d'entreprises et laboratoires reconnus tels que : Renault, PSA, EDF, CEA, CNES, Dassault Aviation... y ont recours. Tout secteur d'application requiert l'utilisation de calcul numérique [1]. Scilab est utilisé dans bien des domaines comme le traitement du signal, le traitement d'images, les calculs par éléments finis, l'automatisme...

Il possède également un environnement de modélisation graphique dont nous ferons un tour d'horizon dans la seconde partie de cet article.

De plus, Scilab est enrichi avec l'ajout de modules complémentaires, ce qui étend ses fonctionnalités. Les modules peuvent être un ensemble de scripts et fonctions Scilab comme vous allez le découvrir dans la suite de cet article, mais également des fonctions en langage C ou...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Scikit-image, une alternative à OpenCV pour la reconnaissance d'images

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Spécialité(s)
Résumé

Une fois n'est pas coutume, nous allons découvrir et utiliser une alternative à OpenCV, scikit-image communément appelé skimage. Nous implémenterons la reconnaissance d'images avec la méthode des histogrammes de gradients orientés (HOG : Histogram of Oriented Gradients) associée à une machine à vecteurs de support (SVM : Support Vector Machine). Cette méthode est employée dans bien des applications telles que l'automobile, pour la détection de piétons [1].

Facilitez le déploiement de vos Raspberry Pi en créant vos propres images préconfigurées

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Spécialité(s)
Résumé

Ne vous est-il pas arrivé d'avoir un Raspberry Pi et sa carte mémoire sans écran ni clavier et ni souris à proximité pour le configurer lors de sa mise en service ou tout bonnement, lorsque vous souhaitez mettre en route votre projet basé sur Raspberry Pi ? Comme nombre d'applications industrielles ou domotiques, il est possible de préparer une carte mémoire avec une préconfiguration qui permet un tel démarrage. C'est ce que nous allons voir dans cet article.

Réalisez vos deepfakes avec les réseaux génératifs antagonistes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
234
Mois de parution
février 2020
Spécialité(s)
Résumé

Parmi les applications du moment les plus décriées de l'intelligence artificielle figurent celles qui consistent à falsifier des supports multimédias (vidéos, images ou bandes sons...) dont il est de plus en plus difficile de savoir s'il s'agit d'un support orignal ou corrompu. Vous avez pu vous en rendre compte par vous-même en regardant la vidéo dans laquelle Barack Obama parle comme Donald Trump [1]. Nous allons découvrir dans cet article comment utiliser les réseaux génératifs antagonistes, pour créer des images ou vidéos truquées, communément appelées deepfakes.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous