Bash complétion pour mon isync/mbsync

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
57
Mois de parution
novembre 2011


Résumé

La complétion automatique de la ligne de commandes est quelque chose qui a longtemps manqué à bon nombre de shells non UNIX (si on peut appeler cela des shells). Aujourd'hui c'est une fonctionnalité présente un peu partout, mais les shells open source comme Bash ont toujours énormément d'avance dans ce domaine.


La complétion est le fait de proposer une liste d'options intelligemment déterminées permettant de terminer tout ou partie d'une ligne de commandes. Ainsi, écrire cd suivi d'une espace (d'un point de vue typographique, l'espace entre des mots est féminin) sur la ligne de commandes et appuyer sur la touche [TAB] vous proposera automatiquement la liste des sous-répertoires à l'emplacement courant. Si vous entrez alors une lettre et usez de nouveau de la touche magique, ce sont alors les répertoires commençant par cette lettre qui vous seront proposés. Enfin, s'il n'existe qu'une proposition, la ligne sera complétée avec ce nom de répertoire. Le shell sait que la commande cd prend en argument un nom de répertoire ou un chemin, il ne doit donc pas vous proposer un nom de fichier du répertoire courant, car ceci construirait une ligne de commandes...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Embarquez un peu de Lua dans vos projets C

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
269
Mois de parution
mai 2024
Spécialité(s)
Résumé

Soyons clairs, je ne suis pas fan de Lua en tant que langage de programmation. Le simple fait que les tableaux débutent à l'indice 1 me perturbe totalement et constitue pour moi une véritable aberration. Mais, d'un autre côté, Lua est aussi le langage par excellence lorsqu'il s'agit d'embarquer des fonctionnalités de scripting au sein d'une application ou d'un outil. Du moins, c'est ce que tend à montrer sa popularité dans ce domaine et, si l'on n’a jamais tenté l'expérience, on peut se demander pourquoi. La réponse est évidente après quelques lignes de code et on se surprend soi-même à dire, à haute voix qui plus est, « Ah ! Mais c'est excellent, en fait ! ».

i2c-tiny-usb : un bus i2c facilement accessible pour votre PC

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
54
Mois de parution
mai 2024
Spécialité(s)
Résumé

Lorsqu'on cherche à développer un support pour un composant interfacé en i2c qui ne dispose pas encore de bibliothèque, que ce soit pour Arduino ou toute autre plateforme pour microcontrôleur (RP2040, ESP32, etc.), la phase de mise au point et de test n'est pas toujours très aisée. Il faut travailler sur un code de firmware, programmer le MCU, tester et itérer, ce qui fait perdre un temps conséquent. Il est bien plus facile de développer sur PC ou Pi pour ensuite porter le code sur MCU. Mais encore faut-il disposer d'un bus i2c facilement accessible...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Générez votre serveur JEE sur-mesure avec Wildfly Glow

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Et, si, en une ligne de commandes, on pouvait reconstruire son serveur JEE pour qu’il soit configuré, sur mesure, pour les besoins des applications qu’il embarque ? Et si on pouvait aller encore plus loin, en distribuant l’ensemble, assemblé sous la forme d’un jar exécutable ? Et si on pouvait même déployer le tout, automatiquement, sur OpenShift ? Grâce à Wildfly Glow [1], c’est possible ! Tout du moins, pour le serveur JEE open source Wildfly [2]. Démonstration dans cet article.

Bénéficiez de statistiques de fréquentations web légères et respectueuses avec Plausible Analytics

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Pour être visible sur le Web, un site est indispensable, cela va de soi. Mais il est impossible d’en évaluer le succès, ni celui de ses améliorations, sans établir de statistiques de fréquentation : combien de visiteurs ? Combien de pages consultées ? Quel temps passé ? Comment savoir si le nouveau design plaît réellement ? Autant de questions auxquelles Plausible se propose de répondre.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous