Compiler FFmpeg pour Ubuntu (h264+mp3lame)

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
57
Mois de parution
novembre 2011
Spécialité(s)


Résumé
Les codecs sous Windows comme sous GNU/Linux c'est un peu comme une collection de timbres ou de Pokemon : il les faut tous, juste au cas où. Mais parfois, on aimerait bien pouvoir utiliser l'un d'entre eux, surtout s'il est courant, juste pour avoir le plaisir d'encoder, avec son outil préféré, un simple morceau de musique (obtenu légalement, bien entendu).

L'outil préféré, ici, est ffmpeg qui, pour qui sait s'en servir, est une véritable petite merveille. Malheureusement, la version disponible sous la forme de paquet binaire pour Ubuntu ne permet pas l'encodage MP3 et l'utilisation de quelques autres codecs pourtant forts pratiques. Il nous faut donc créer un nouveau paquet ffmpeg en activant les options adéquates.

Notez au passage que certains diraient sans hésiter que l'utilisateur Ubuntu standard n'utilisera sans doute pas ffmpeg mais une des nombreuses autres solutions GUI à sa disposition. Certes, c'est sans doute vrai, mais il peut survenir des situations où la seule machine disponible est sous Ubuntu et qu'il n'est pas question de changer ses (bonnes) habitudes pour autant.

Quoi qu'il en soit, la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Résumé

Sir Clive Sinclair nous a quittés.

Peu nombreux sont ceux qui ont marqué à ce point l'évolution des technologies informatiques et participé à leur démocratisation. Clive Sinclair, visionnaire et inventeur, est l'homme derrière le ZX80, le ZX81, et le ZX Spectrum, pour ne citer que les plus connues de ses contributions à l'Histoire.

Assembleur sur ARM Cortex-M : technique, mais pas si difficile...

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Choisir un langage pour un projet est une question d'équilibre entre confort et rapidité de développement d'une part et performance de l'autre. C'est précisément là la raison pour laquelle des langages comme C, C++ et depuis peu, Rust sont omniprésents, dès lors qu'on parle d'embarqué et de microcontrôleur. Aux deux extrémités du spectre des langages, nous avons JS ou Python d'un côté et l'incontournable assembleur de l'autre. Celui-là même dont nous allons nous occuper ici...

Quelques modifications utiles pour votre Commodore 64

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Le Commodore 64 est une machine mythique, un morceau d'histoire, qui grâce à sa popularité d’antan est aujourd'hui une des quelques machines 8 bits qu'il est possible d'acquérir sans se ruiner. Mettre la main sur un Commodore 64 vous coûtera actuellement entre 30 € et 60 €, parfois nu et tantôt avec quelques accessoires et jeux d'époque. Mais une fois l'ordinateur réceptionné, ou sorti du fond d'une cave ou d'un grenier obscur, quelques opérations sont nécessaires pour en permettre ou en faciliter l'utilisation. C'est ce dont nous allons parler à présent...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous