Traitement de données avec sed et awk

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
72
Mois de parution
mai 2014
Domaines


Résumé
Dans le cadre d'un traitement automatisé (ou semi-automatisé) de données, on peut souvent être amené à utiliser les commandes sed et awk. Celles-ci permettent de modifier des flux de données (la sortie d'une quelconque autre commande) grâce à diverses instructions. On peut alors simplifier le traitement de tâches répétitives.

sed et awk sont deux commandes qui existent depuis des dizaines d'années. Plus précisément, elles sont apparues respectivement en 1973 et en 1977. Ces outils sont encore largement utilisés aujourd'hui, car ils répondent toujours très bien aux besoins de l'informatique : traiter et transformer des données.

sed signifie simplement « stream editor », ou « éditeur de flux » en français. Le nom awk, quant à lui, est tiré des noms de ses co-créateurs : Alfred Aho, Peter Weinberger et Brian Kernighan.

Ils ont comme objectif la modification de flux de données textuelles (on inclut les fichiers texte dans ce concept), permettant d'automatiser des tâches que l'on ferait interactivement dans un éditeur de texte. Comme la majorité des outils en ligne de commandes, ils prennent les données à traiter sur leur entrée standard et retournent le résultat sur leur sortie standard.

Nous aborderons dans cet article de nombreux exemples, ceux-ci se basent tous sur un fichier...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Garder ses secrets avec Tomb

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Pour conserver des documents privés sur un disque dur ou un support amovible, il est nécessaire d'avoir recours au chiffrement. L'outil Tomb permet de manipuler simplement des répertoires chiffrés par le standard LUKS, pensé dans un d'esprit de confort et de mobilité.

Aller plus loin avec coreboot

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Rappelez-vous dans le numéro 220 de GNU/Linux Magazine, j’avais écrit un petit article sur coreboot, le BIOS libre. Je vous propose cette fois d’aller plus loin, en explorant quelques façons de sécuriser un peu le processus de boot, et plus encore.

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.