L'agent SSH, votre porte-clé favori

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
113
Mois de parution
février 2009


Résumé
Dans un monde où la sécurité des réseaux est tout particulièrement relative, sécuriser ses communications n'est plus une lubie de barbus paranoïaques, mais une véritable nécessité. Parmi toutes les solutions pouvant assurer le secret de vos communications comme IPSec ou TLS, il en est une qui se distingue par sa simplicité et son efficacité : SSH. Développé en 1995 par Tatu Ylönen, le protocole évolue en 1997 sous l'impulsion de l'IETF dans une seconde version que nous utilisons tous les jours. De toutes les fonctionnalités qu'il propose, l'une des plus pratiques est sans conteste l'authentification par clé publique. Nous allons nous intéresser aux solutions permettant de gérer simplement ce mécanisme.

1. Rappel sur le chiffrement dans SSH

1.1 Les clés asymétriques

Terminologie

Le fait d'appliquer une technique de cryptographie sur un document s'appelle « chiffrer un document ». « Déchiffrer un document » est l'action inverse lorsqu'on possède la clé de déchiffrement et « décrypter » lorsqu'on casse le code de chiffrement sans avoir la clé. Le lecteur en déduira donc que le terme « crypter » est un barbarisme qui, de plus, est un contre-sens : il signifierait que quelqu'un chiffre un document dans le but que quelqu'un casse cette protection. Cas plus qu'improbable, il faut bien l'avouer…

Faisons un rapide rappel sur les techniques de chiffrement asymétrique pour ceux qui dormaient lors des cours de cryptologie à l'école. Cet outil repose sur deux clés liées, une clé privée et une clé publique. Une clé étant un ensemble de bits de taille définie. Une relation mathématique existe entre elles : si l'on chiffre un document avec la clé publique, seule la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Corrélation avancée et KPI

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
62
Mois de parution
septembre 2012
Spécialité(s)
Résumé
Nous avons vu les cas de corrélations dites « simples », qui peuvent s’exprimer sur une simple ligne avec des ET, des OU ou des Xof:. Cependant parfois, même avec cela, ça ne suffit pas. Les règles peuvent être bien plus complexes, comme dépendantes de données de performance et d’état en même temps par exemple.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous