Mise en observation du système de fichiers avec inotify

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
113
Mois de parution
février 2009


Résumé
Cet article vous introduit à la mise en observation d'un système de fichiers sous Linux ; par mise en observation, on sous-entend être informé des évènements relatifs aux accès, altérations ou mouvements sur certains fichiers ou répertoires. Si les mots dnotify et inotify ne vous disent rien, si FAM et GAMIN vous inspirent un grand vide (ou vous font penser à votre femme et à votre fils), alors cet article tombe à pic pour satisfaire votre curiosité et combler ce manque.

Superviser un système de fichiers est une chose relativement aisée sous Linux en passant par le sous-système inotify incorporé au noyau depuis la version 2.6.13 (CONFIG_INOTIFY doit être activé). Le mécanisme utilisé pour notifier les accès ou modifications aux utilisateurs passe par l'appel à des primitives qui permettent à tout type de programmes de créer une liste de surveillance afin d'être prévenu automatiquement lorsque le contenu d'un répertoire ou même directement un fichier est créé, accédé, supprimé ou modifié.

Certains pourront objecter fort justement qu'il est tout à fait possible d'obtenir la même chose grâce au sous-système dnotify (le « prédécesseur » de inotify) mais qui, bien que ciblant le même besoin, n'est pas exempt de défauts. Parmi les plus pénalisants, la limitation de la surveillance aux seuls répertoires (et pas aux fichiers), l'utilisation inadaptée de signaux (pas franchement pertinent pour faire transiter de telles...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

NTP, une simple histoire de temps

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
126
Mois de parution
avril 2010
Résumé

Le Chronos est le temps relatif au présent : « Hier était le jour précédent et demain sera le jour suivant parce que je suis aujourd’hui ». Au moment où l'homme a pris conscience de sa propre existence, il a sans doute pris conscience au même moment du temps qui passe. Passé cette révélation qui a dû le pousser vers de magnifiques réflexions sur l'inexorabilité du temps et sur son inéluctable mortalité, et quelques dizaines de milliers d'années plus tard, il a su organiser et rationaliser ce temps afin, finalement, de pouvoir mettre à l'heure ses ordinateurs en réseaux avec le protocole NTP. Une simple histoire de temps en somme.

Espionnez vos applications avec strace et ltrace

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
115
Mois de parution
avril 2009
Résumé
strace est ce que l'on appelle un « system call tracer » (moniteur d'appels système), un programme qui intercepte et enregistre les appels système effectués par un programme ou les signaux réceptionnés. ltrace permet, pour sa part, de suivre pas à pas l'exécution d'un programme, mais placé du point de vue des bibliothèques partagées.

PTRACE : Introspection à la lisière du noyau

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
114
Mois de parution
mars 2009
Résumé
Que ce soit par nécessité (votre programme se comporte étrangement) ou pour parfaire vos connaissances (apprendre, c'est un petit peu le point commun de tous les lecteurs de ce magazine), chercher à comprendre les interactions qui existent entre un programme et le noyau Linux est une étape importante dans la vie du programmeur Linux. Dépositaire de ce savoir, vous serez alors capable de développer des applications permettant de déboguer des programmes, mais aussi de tracer plus simplement les appels système émis par vos applications.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous