Pinguino : développement facilité sur PIC 18F2550

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
113
Mois de parution
février 2009


Résumé
Pinguino est un projet pédagogique visant à simplifier l'apprentissage de la programmation en C sur microcontrôleurs. Il s'agit d'un ensemble d'outils open hardware et open software inspirés du concept « Arduino » (www.arduino.cc). Pinguino ne reprend pas seulement la philosophie de programmation Arduino et son interface, mais l'enrichit de nombreuses fonctionnalités dont la programmation du module USB du microcontrôleur et l'accès à toutes les ressources logicielles des contrôleurs Microchip (I2C, SPI). Développé en Python sous Linux, Pinguino peut être utilisé sous Windows et MAC OS X. Il n'est basé que sur des logiciels open source (compilateur SDCC, assembleur et linker Gputils, bootloader VASCO project).

1. La philosophie Arduino

Arduino est composé d'une carte à base de processeur ATMEL et d'un environnement de développement écrit en JAVA. L'interface de l'IDE inspirée de Processing est réduite au strict minimum (Verify, close, new, save, open, upload). La particularité de cet environnement est d'assurer en un seul clic la compilation et l'édition de lien du programme. La touche [Upload], quant à elle, assure de manière transparente le transfert du programme dans la mémoire du microcontrôleur ATMEL.

Côté langage de programmation, celui-ci est proche du langage C avec quelques simplifications bienvenues pour les débutants. Les broches d'entrées/sorties par exemple portent chacune un numéro (de 0 à 13 sur Arduino). Il est donc beaucoup plus facile de les identifier que par le port du microcontrôleur. De même, un certain nombre d'instructions spécifiques permettent de simplifier la programmation. Pour mettre la broche 12 au niveau haut par exemple, l'instruction...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Programmer la WiiMote en Python

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
113
Mois de parution
février 2009
Résumé
La WiiMote est une manette développée par NINTENDO pour sa console de jeux Wii. L'originalité de cette manette est d'être dotée d'un processeur Bluetooth ce qui offre des possibilités jusqu'ici inexploitées pour les jeux vidéo. Mais il ne s'agit pas là de la seule prouesse technique de cet outil. Nous vous proposons dans les pages qui suivent de découvrir comment utiliser la WiiMote dans un environnement Linux au travers de scripts Python.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous