Open Silicium N°
Numéro
14

Étendez le support matériel d'Android pour prendre en charge vos périphériques

Temporalité
Mars/Avril/Mai 2015
Image v3
Étendez le support matériel d'Android pour prendre en charge vos périphériques
Article mis en avant

Résumé

Dans le numéro 8 de la revue Open Silicium, nous avions présenté l'utilisation d'Android dans le cadre d'un environnement industriel. À titre d'exemple, nous avions mis en place...

Dans ce numéro...


Imagination, changements et perspectives ! Tels pourraient être les maîtres mots de tout ingénieur ou développeur qui se respecte.
Cette carte serait presque passée inaperçue à la rédaction tant la promotion qui en est faite est axée vers la mode « tout est IoT » (IdO dans l'hexagone ou Web 3.0 pour ceux qui ne comprennent pas que l'évolution n'a pas de version stable). Ce n'est qu'en regardant de plus près qu'on se rend compte que nous avons là affaire à quelque chose de très sérieux et avec un rapport prix/(puissance+fonctionnalités) des plus intéressants.
Comme vous devez le savoir, les limites de vitesse, de densité et donc de puissance par cœur sont aujourd'hui quasiment atteintes. Durant des années, la conjecture empirique de Moore s'est révélée exacte et la densité des transistors a effectivement doublé tous les deux ans. Mais voilà, le mur est devant nous et il paraît plus que certain que la limite des 20 nm ne pourra pas être franchie (dame nature est contre). Aujourd'hui, les fréquences se stabilisent et la densité fait de même, mais c'est le nombre de processeurs ou de cœurs qui change.
Dans l'article précédent, nous avons rapidement fait un tour d'horizon de la carte Parallella du point de vue de la plateforme et du ou des systèmes qui peuvent l'accompagner. Il est temps à présent d'aborder le point réellement important concernant ses fonctionnalités. Je parle, bien entendu, du coprocesseur Epiphany d'Adapteva, de ses 16 cœurs et du SDK mis à disposition pour s'initier à la programmation de code fonctionnant de manière parallèle.
L'infrastructure Gadget USB du noyau Linux facilite la création de périphériques USB, en proposant un cadre et un certain nombre de primitives qui permettent d'une part d'abstraire les contrôleurs matériels de périphériques USB, et d'autre part d'en utiliser les ressources et fonctionnalités afin de créer n'importe quelle fonction USB désirée : qu'elle réponde aux standards (tels que « Mass Storage », « CDC Eth »…), qu'elle soit l'incarnation de vos besoins particuliers, ou bien encore qu'elle soit une combinaison des deux.
Après une introduction à l'infrastructure Gadget USB, penchons-nous à présent plus spécifiquement sur la couche Composite permettant de faire cohabiter plusieurs Function Drivers et donc de présenter à un hôte USB un périphérique remplissant plusieurs fonctions...
L'installation d'une chaîne de compilation croisée est souvent un problème dont on se passerait bien afin d'entrer le plus rapidement possible dans le vif du sujet qui nous occupe sur le moment. La diversité des solutions, des chaînes, des plateformes et le fait que certains constructeurs reposent sur leurs propres déclinaisons des outils GNU, tout comme certaines distributions ou initiatives comme Linaro, transforment vite une simple installation en chasse à la bonne version. Il n'y a malheureusement pas de solution miracle, mais celle qui va suivre a le mérite de parfaitement s'intégrer à une distribution Debian.
Le nombre de cartes et modules disponibles tentant d'adresser les besoins du plus grand nombre ne cesse d'augmenter. On assiste actuellement à une démultiplication des offres et des plateformes avec ce qui semble être, dans l'esprit des constructeurs, un unique mot d'ordre : intégrer un maximum de fonctionnalités de manière à transformer n'importe quel kit d'évaluation en ordinateur de bureau miniature. Un peu à contre-courant de cette tendance, ACME Systems propose à la vente depuis quelques mois une tout autre vision des choses...
Dans ce numéro 14, nous évoquons un exemple d'extension de l'API Android afin d'ajouter le support d'un matériel spécifique [4]. Cette extension est par défaut démontrée sur l'émulateur Android, mais peut également fonctionner sur une carte BeagleBone Black (BBB). Même si le support Android de la BBB n'est pas officiel et s'il existe plusieurs projets permettant d'utiliser cette carte dans un tel environnement. Les projets existants utilisent la sortie HDMI de la carte alors que nous désirons utiliser un écran tactile connecté au bus d'extension de la BBB. Dans cet article, nous allons voir comment modifier le support AOSP de la BBB (Jelly Bean 4.3) afin d'utiliser un écran tactile à bas coût conçu par la société australienne 4D Systems.
Nous avons vu dans le quatrième article comment fabriquer le module GPIO-Démo (ou toute version modifiée), nous allons désormais nous atteler à lui donner vie. La programmation sera faite en C, bien que d'autres langages puissent être utilisés, à la seule condition qu'il existe un compilateur qui puisse générer du code binaire pour ARM à partir de ce langage...

Magazines précédents

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Body