Distribuons les paramètres réseau : DHCP et DNS

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
40
Mois de parution
octobre 2017
Spécialité(s)


Résumé

Configurer le réseau pour un ordinateur revient à lui indiquer quatre paramètres : adresse IP, masque, passerelle et serveurs de noms. Pour faciliter l’administration, la plupart des équipements IP commencent par effectuer une requête DHCP. Pour cela, il faut mettre en place un serveur DHCP. Pour être complets, nous configurerons aussi un serveur DNS pour résoudre les noms, y compris les noms internes à l’entreprise.


Introduction

Nous avons maintenant un réseau IP fonctionnel. Nous pouvons installer les serveurs et les stations à leur emplacement prévu. Pour qu’elles puissent accéder à Internet, il leur faut trois éléments :

  1. adresse IP (10.34.110.212) ;
  2. masque réseau (255.255.255.0) ;
  3. routeur par défaut (10.34.110.1), autrement appelé passerelle, gateway.
    Avec ces trois paramètres, si le réseau est bien configuré et la machine bien installée, alors il est possible de naviguer sur Internet. Il est possible de le vérifier en envoyant une requête ICMP sur une adresse IP publique connue, sur laquelle vous avez le droit de faire la requête. L'inconvénient de cette méthode est que  les humains ont des difficultés avec les adresses IP et qu'ils préfèrent utiliser des noms. Il nous faut donc  aussi :
  4. l'adresse d'un ou de plusieurs serveurs de noms.

Au final, quatre éléments. Il est possible de renseigner ces éléments dans chaque machine. C’est...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Ressuscitez vos serveurs à distance : utilisez IPMI

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
juin 2021
Spécialité(s)
Résumé

Pour le moment, le Code du travail permet à un administrateur de ne pas être enchaîné sur son lieu de travail. Néanmoins, il est utile de pouvoir intervenir rapidement sur les serveurs, même si ceux-ci ne répondent plus au réseau. IPMI est une des réponses à ce problème en fournissant un accès distant au matériel.

Passez à nftables, le « nouveau » firewall de Linux

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Spécialité(s)
Résumé

Le firewall est un élément important pour sécuriser un réseau. Il est prouvé que la sécurité par l’obscurantisme ne fonctionne pas. Ce n’est donc pas une bonne idée d’utiliser une boîte noire en priant pour que tout se passe bien. Un bon firewall est donc installé sur un système d’exploitation libre. Linux fait évoluer le sien d’iptables vers nftables. Nous montrons dans cet article comment débuter avec la nouvelle mouture.

Avec Asterisk, déployez votre serveur vocal interactif

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Spécialité(s)
Résumé

Un serveur vocal interactif permet de fournir des fonctionnalités permettant de guider un appelant ou de libérer des employés de tâches fastidieuses et répétitives. Il est ainsi possible d’orienter un appelant vers le bon service, enregistrer les coordonnées de carte bancaire ou proposer un rendez-vous.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Les listes de lecture

8 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Découvrez notre sélection d'articles pour faire vos premiers pas avec les conteneurs, apprendre à les configurer et les utiliser au quotidien.
11 article(s) - ajoutée le 02/07/2020
Si vous recherchez quels sont les outils du DevOps et comment les utiliser, cette liste est faite pour vous.
8 article(s) - ajoutée le 02/07/2020
Il est essentiel d'effectuer des sauvegardes régulières de son travail pour éviter de perdre toutes ses données bêtement. De nombreux outils sont disponibles pour nous assister dans cette tâche.
Voir les 49 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous