Ubuntu Light : une nouvelle déclinaison d’Ubuntu adaptée au Web grâce à Unity

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
61
Mois de parution
septembre 2010


Résumé
Les rumeurs disaient que Canonical travaillait sur une nouvelle variante d’Ubuntu qui était destinée au dual boot « light / Web » il y a déjà quelques mois… En mars dernier, la rumeur fut officialisée sous le nom d’Ubuntu Light et son composant principal sous le nom d’Unity.

1. Dual boot ?

Mais que se cache t-il derrière cet objectif de dual boot ? C’est en fait tout simple et existe depuis longtemps dans le monde du logiciel propriétaire et plus particulièrement sur les bons vieux ordinateurs portables : un dual boot composé d’un Windows 7, qui démarre en quelques minutes si l’on n’utilise pas la veille prolongée et qui est le système assurant l’usage principal du poste : assumer toutes les tâches ; puis un autre OS, soit un Windows modifié, soit un mini OS propriétaire, soit un mini OS basé sur GNU/Linux, qui démarre en 7 secondes maximum et qui donne directement accès au Web et à pas grand-chose d’autre...

Niveau matériel, cela se présente généralement comme deux boutons d’allumage : un bouton « power » habituel et un bouton « Internet », qui allume également la machine, mais qui lance directement un démarrage sur le mini OS. Mais il s’agit ici d’intégration matérielle, techniquement, cela ne reste...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Seeks, un métamoteur personnel libre et décentralisé

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
62
Mois de parution
novembre 2010
Résumé
Seeks est un métamoteur utilisable en tant que proxy personnel. Seeks étant un métamoteur, il s’appuie donc sur les grands moteurs de recherche bien connus tels que Google, Yahoo! et Bing pour ne citer qu’eux trois. Le but à long terme de Seeks, outre le fait d’être un simple métamoteur, est de s’appuyer sur l’expérience des utilisateurs pour s’abroger de l’indexation automatique des sites, comme le font les moteurs de recherche précités.

Les Google phones débarquent : tour d'horizon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
55
Mois de parution
septembre 2009
Résumé
Nous avons précédemment parlé de l’OS mobile de Google, Android, basé sur un noyau Linux. Après un bref résumé de cette jeune application provenant des labos Google, nous parlerons des nouveautés, et surtout l’une des plus importantes : ça y est, les premiers « Androphones » (ou Google Phones) sont arrivés chez les opérateurs de téléphonie mobile français...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous