Réparez les objets du quotidien avec la 3D

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
93
Mois de parution
janvier 2016
Domaines


Résumé
Je ne sais pas vous, mais j'accumule une quantité de petites choses à réparer à la maison. Entre les jouets de mes enfants, les petits bidules et autres machins, j'adopte quand je peux le système D. Colle, scotch, bricolage en tout genre… Ces réparations d'infortune sont la plupart du temps frustrantes, car elles ne réussissent pas toujours. Cela tient certainement à mon niveau de bricolage, mais pas que... En effet, il est parfois tout bonnement impossible d'effectuer la réparation, ceci de par la nature de l'objet ou de la pièce, mais parfois pire, il est impossible de trouver ou commander le morceau qu'il vous faut remplacer. Et quand cela l'est, c'est en général toute une partie qu'on vous vend à un prix tellement honteux que cela vous incite à renouveler votre appareil/objet. Or, depuis l'avènement de l'impression 3D pour le grand public, je me dis qu'il doit être possible de remédier  à ce problème. Je me suis donc mis en tête de devenir un bricoleur 2.0.

Aujourd’hui avec la démocratisation de l'impression 3D, on réalise des impressions quasiment dans tous les domaines. De la maçonnerie jusqu'à la pâtisserie, imprimer en 3D apporte une vraie révolution dans la façon de concevoir les choses du quotidien. Et pourquoi pas également dans notre manière de réparer, de pérenniser nos objets. De nos jours, on a tendance à changer d'appareil dès qu'il présente un défaut, car bien souvent la réparation est moins avantageuse que le changement de matériel. Mais pourquoi ne pas réparer par nous-mêmes ? C'est économique, ça évite une pollution inutile (recyclage d'un objet qui fonctionne, mais qui présente une casse) et puis c'est aussi une fierté de pouvoir réparer quelque chose soi-même.

1. L'impression 3D

1.1 Mon modèle

Motivé et bien décidé à devenir le prochain MacGyver de l'ère numérique, je me suis lancé dans la quête à la réparation via l'impression 3D. Pour ma première impression, l'objet que j'ai...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Vectorisez et personnalisez vos icônes

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
118
Mois de parution
mars 2020
Domaines
Résumé

Vous souhaitez égayer votre site web avec des icônes, mais vous n’en trouvez aucune qui correspond parfaitement à vos attentes ? Modifiez et embellissez des icônes existantes pour créer les vôtres à l’aide d’Inkscape !

Développez vos photos numériques avec darktable

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
117
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Après une séance photo, il faut travailler et développer un nombre important d’images avec des outils dédiés à la photo. Dans ce domaine, un outil comme GIMP est inadapté. Je vous propose de voir comment darktable peut résoudre tous vos besoins pour gérer un vrai workflow dans le développement des photos numériques.

Pick - Gardez une trace des couleurs que vous appréciez

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
116
Mois de parution
novembre 2019
Domaines
Résumé

Pick est un petit utilitaire très pratique qui se présente sous la forme d’une pipette à couleurs « intelligente ». Si vous êtes passionné de graphisme, développeur ou que vous aimez simplement vous lancer dans des créations artistiques de temps à autre, Pick vous sera particulièrement pratique pour garder une trace des couleurs que vous repérez aussi bien lors de vos explorations sur la Toile que sur les images que vous consultez ou les interfaces des programmes que vous utilisez.

Créez des matériaux pour vos objets 3D avec Substance Painter !

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
46
Mois de parution
octobre 2019
Domaines
Résumé
Développé par une société française basée à Clermont-Ferrand, Substance Painter s’est imposé au fil des ans dans différents milieux, grâce à sa puissance et à sa simplicité d’utilisation. De sociétés d’effets spéciaux telles qu’ILM aux entreprises du monde du jeu vidéo comme Ubisoft, en passant par Dassault Systèmes, Louis Vuitton ou General Motors, nombreuses sont les entreprises l’ayant adopté, ainsi que la totalité de la suite de logiciels dont il fait partie.