Création d'un afficheur 7 segments avec GHDL

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
décembre 2010
Domaines


Résumé
Après avoir disséqué le langage VHDL, son implémentation par GHDL et l'extension graphique du numéro de septembre [1], passons à la pratique ! On en avait presque oublié que tous ces efforts pour accéder au framebuffer sont motivés par le besoin de Laura d'afficher confortablement les chiffres de sa montre. Maintenant que nous savons contrôler les pixels de l'écran lors d'une simulation, l'affichage est (quasiment) un jeu d'enfant ! Profitons-en pour découvrir de nouveaux aspects bien pratiques du langage VHDL, tout en faisant un peu de programmation graphique.

1. Rappels

Pour utiliser le code de cet article, il est nécessaire de disposer du code présenté en septembre. Il est disponible librement à http://ygdes.com/GHDL/fb/ et ne fonctionne qu'avec GHDL sous GNU/Linux. Il pourrait aussi fonctionner sous des BSD et dérivés, mais pas sous Windows.

Pour pouvoir accéder à l'écran (et plus précisément, au framebuffer), il ne faut pas oublier au début de notre code source les incantations magiques qui rendent le paquetage accessible :

library work;

use work.fb_ghdl.all;

Cela initialise automatiquement le framebuffer. Nous disposons alors d'un tableau appelé pixel, accessible en lecture et écriture. Chaque élément du tableau est un pixel codé au moyen d'un nombre entier de 32 bits (de type integer), ce qui semble être la configuration par défaut des cartes graphiques sous Linux de nos jours. Pour écrire un pixel de valeur 0x123456 aux coordonnées x=24, y=42, il suffit d'écrire le code suivant :

pixel(42, 24) := 16#123456#;

Le VHDL...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle pour la rétro-ingénierie des circuits intégrés

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

La rétro-ingénierie matérielle, et plus particulièrement la rétro-ingénierie du silicium, trouve très rapidement ses limites dans les attaques non invasives où la puce reste fonctionnelle et intègre. Pour pouvoir analyser en profondeur un circuit logique, il faut aujourd’hui forcément passer par une décapsulation et une déstratification, ce qui implique alors la destruction inévitable de la puce. Ces méthodes destructives étaient les seuls moyens d’accéder aux différentes couches d’une puce de silicium et donc de pouvoir reconstituer tout le circuit logique de celle-ci. Mais récemment, des chercheurs ont proposé une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle des circuits intégrés, d’abord pour un usage industriel, mais aussi inédit pour la rétro-ingénierie du silicium, qui permet l’analyse en profondeur, sans passer par les processus destructeurs habituels.

C’est l’histoire d’un make…

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

L’outil make permet de fabriquer des fichiers selon des règles de production décrites dans une syntaxe très simple. Dans cet article, nous allons explorer les grands principes de l’écriture de ces règles et pour ceux qui ne sont pas encore familiers de cet outil, vous faire regretter d’avoir attendu si longtemps pour le connaître…

Installer OpenOCD spécial Pico pour votre Debian

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

N'importe quelle occurrence de la commande « sudo make install » me rappelle d'horribles souvenirs de mes débuts sous GNU/Linux, il y a de très nombreuses années (1995). Peupler ainsi manuellement son /usr/local de fichiers, programmes et bibliothèques est une recette parfaite pour une catastrophe et des conflits en tous genres. Mieux vaut suivre la voie dictée par la distribution et son système de gestion de paquets. Voyons cela en pratique avec l'OpenOCD modifié par la fondation Raspberry Pi et, en prime, découvrons une excellente alternative à l'utilisation d'UF2 ou Picotool.

Un alter ego d’Eliza en Java faisant du calcul symbolique

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

ELIZA a été l’un des premiers programmes (chatbot) à avoir tenté de communiquer en langage naturel. Cet article est une tentative de démystification du comportement du programme. L’interprétation d’ELIZA présentée ici est une implémentation en français qui intègre la possibilité d’effectuer des calculs de dérivées en calcul symbolique.