Ivy, un bus logiciel simple et souple

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
décembre 2010


Résumé

Lorsqu'on veut faire communiquer un ensemble d'applications, l'une des solutions les plus évidentes est celle consistant à utiliser un bus logiciel. Un très bon exemple d'implémentation est D-Bus, généralement en place sur la quasi-totalité des ordinateurs desktop GNU/Linux, qu'ils soient sous GNOME ou KDE. Mais D-Bus n'est pas toujours la solution idéale pour le développeur. Ici nous traiterons d'une implémentation reposant sur une API bien plus simple et plus rapide à utiliser. C'est Ivy.


Posons clairement les choses. Si l'on veut mettre en place des applications communicantes ou ajouter un peu de code dans ce sens à une application, D-Bus est souvent un chemin qu'il est difficile d'emprunter. Même si son principe de fonctionnement est simple, D-Bus nécessite la mise en place d'un démon et le respect de toute une logique d'enregistrement auprès du bus. De ce fait, l'API ne permet pas vraiment de rapidement obtenir un résultat fonctionnel. Ce que propose D-Bus est sans doute parfaitement adapté aux rouages d'un environnement de bureau, mais souvent trop « décalé » ou trop lourd pour mettre en œuvre quelque chose se rapprochant davantage des IPC.

Ivy propose une alternative intéressante de bus logiciel (message bus ou message-oriented middleware en anglais) en visant la simplicité avant tout :

- pas de démon ;

- pas de système d'enregistrement lourd ;

- un fonctionnement réseau implicite et transparent ;

- un tri des messages par chacun...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Résumé

Sir Clive Sinclair nous a quittés.

Peu nombreux sont ceux qui ont marqué à ce point l'évolution des technologies informatiques et participé à leur démocratisation. Clive Sinclair, visionnaire et inventeur, est l'homme derrière le ZX80, le ZX81, et le ZX Spectrum, pour ne citer que les plus connues de ses contributions à l'Histoire.

Assembleur sur ARM Cortex-M : technique, mais pas si difficile...

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Choisir un langage pour un projet est une question d'équilibre entre confort et rapidité de développement d'une part et performance de l'autre. C'est précisément là la raison pour laquelle des langages comme C, C++ et depuis peu, Rust sont omniprésents, dès lors qu'on parle d'embarqué et de microcontrôleur. Aux deux extrémités du spectre des langages, nous avons JS ou Python d'un côté et l'incontournable assembleur de l'autre. Celui-là même dont nous allons nous occuper ici...

Quelques modifications utiles pour votre Commodore 64

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
39
Mois de parution
octobre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Le Commodore 64 est une machine mythique, un morceau d'histoire, qui grâce à sa popularité d’antan est aujourd'hui une des quelques machines 8 bits qu'il est possible d'acquérir sans se ruiner. Mettre la main sur un Commodore 64 vous coûtera actuellement entre 30 € et 60 €, parfois nu et tantôt avec quelques accessoires et jeux d'époque. Mais une fois l'ordinateur réceptionné, ou sorti du fond d'une cave ou d'un grenier obscur, quelques opérations sont nécessaires pour en permettre ou en faciliter l'utilisation. C'est ce dont nous allons parler à présent...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous