Les licences des logiciels libres

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
15
Mois de parution
juillet 2015


Résumé
En utilisant Linux, FreeBSD ou les outils Gnu, nous évoluons dans un écosystème peuplé d'une myriade de logiciels libres. Leur cohabitation n'est pourtant pas toujours évidente et l'intégration de code propriétaire, par exemple pour des projets industriels, est possible, mais demande certaines précautions d'usage.

1. La licence GPL

La plupart des logiciels libres – à commencer par le noyau Linux lui-même – relèvent de la licence Gnu GPL (Gnu General Public Licence). Formulée en 1989 par Richard M. Stallman afin de donner un cadre juridique au projet Gnu (clone libre des outils Unix) qu'il avait initié quelques années auparavant. Cette licence garantit non seulement la liberté d'un programme, mais également la pérennité de cette liberté pour les travaux dérivant ultérieurement de ce programme.

La licence GPL fonctionne en deux temps, en garantissant des droits à l'utilisateur d'un logiciel, mais en lui imposant également un devoir. Les quatre droits garantis par la GPL sont les libertés d'utiliser, analyser, modifier et redistribuer le logiciel (initial ou modifié). Le devoir est celui de fournir aux utilisateurs à qui l'on redistribue le logiciel ces mêmes quatre libertés. Voyons cela un peu plus en détail…

1.1 Libertés et obligations avec la GPL

Supposons qu'après...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Débogage kernel et applicatif avec Ftrace pour système généraliste ou embarqué

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
18
Mois de parution
avril 2016
Spécialité(s)
Résumé
Les outils et les méthodes de débogage pour l'espace applicatif Linux sont plutôt bien connus : de Valgrind à Strace/Ltrace en passant par GDB et toutes ses déclinaisons (DDD, Eclipse, Gdbserver), la documentation et les exemples sont très répandus. En ce qui concerne l'espace noyau, la pratique du débogage est beaucoup plus limitée. Pourtant, certains outils comme Ftrace permettent non seulement d'aider à la mise au point du code kernel, mais également d'analyser finement les comportements des tâches de l'espace utilisateur.

Beaglebone Black, GPIO et PWM

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
16
Mois de parution
octobre 2015
Spécialité(s)
Résumé

La carte Beaglebone Black offre de nombreuses entrées-sorties de types assez variés : série asynchrone, SPI, i²c, GPIO, etc. Dans cet article, nous allons nous intéresser aux broches GPIO et PWM. Suivant les distributions et les configurations du noyau, l'accès à ces entrées-sorties n'est pas toujours identique. Heureusement, un overlay du Device Tree nous simplifie la tâche.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous