Upload de programme sur processeur STMicroelectronics : cas du STM32-F401RE

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
18
Mois de parution
avril 2016
Domaines


Résumé
Tous les ingénieurs travaillant sur un nouveau produit électronique se sont posé la question suivante : comment charger le programme dans le produit final de la façon la plus rapide et propre (sans pin visible sur le PCB) ? Plusieurs solutions sont actuellement disponibles, mais imposent de nouvelles pistes et de nouveaux pins sur la carte mère, ce qui ralentit considérablement la vitesse de production tout en augmentant l’encombrement. Le pire c’est qu’on se rend compte qu’on ne va plus jamais s’en servir durant la vie du produit électronique. Dans cet article, je vais vous présenter le cas du fabricant STMicroelectronics qui propose une méthode que je trouve particulièrement simple, rapide et propre (à mon humble avis) pour charger un programme sur une carte : le Device Firmware Upgrade (DFU).

1. Méthodes existantes

Il existe plusieurs méthodes pour le téléchargement d’un programme dans un microcontrôleur. La compatibilité des processeurs en fonction des protocoles de téléchargement de programme dépend également du fabricant ; voici quelques exemples :

- L’ISP (In System Programming) aussiappelé ICSP (In-Circuit Serial Programming). Il s’agit d’un protocole de programmation de puces alors même qu’elles sont déjà intégrées dans un environnement électronique. On comprend facilement pourquoi c’est un protocole très utilisé lors de la production. L’inconvénient avec ce protocole c’est le fait que le port par lequel on y accède (COM, Parallèle ou SPI) pour la programmation sert rarement à l’utilisateur final.

- Le protocole JTAG (Join Test Action Group). Il s’agit d’un protocole qui a vu le jour en 1990 initialement conçu pour tester les cartes électroniques. Il permet à la base de vérifier la continuité des pistes et la bonne...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Une carte pilote de LED RGB hackée en kit de développement FPGA à bas coût

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons vous proposer un Hack au sens noble du terme, qui consiste à détourner un produit de son usage prévu initialement pour en faire autre chose. Le produit en question est une carte de contrôle de panneaux de LED disponible pour 15 $ sur le site chinois de vente en ligne AliExpress. Il s’avère que la Colorlight 5A-75B est constituée d’un FPGA ECP5. Voilà qui peut faire un excellent kit de développement ECP5 à très bas coût.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.

Le module du moment : afficheur matrice led 8x32

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

La bibliothèque MD_MAX72XX de Marco Colli (alias MajicDesigns) permet de piloter un ou plusieurs modules en configuration linéaire (les uns après les autres, sur une ligne), mais elle forme également la base de la bibliothèque MD_MAXPanel supportant des agencements en panneaux et fournissant des primitives graphiques intéressantes (points, lignes, rectangles, cercles, etc.).

Développement ESP32 avec le nouveau ESP-IDF 4.0

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Nous avons précédemment traité du développement sur la fantastique plateforme ESP32, héritière du non moins délectable ESP8266, aussi bien au travers de l'IDE Arduino que via l'environnement de développement créé par le constructeur, Espressif Systems, répondant au doux nom de ESP-IDF. Le 11 février dernier était annoncée la version 4.0 de cet environnement, majoritairement compatible avec la précédente version 3.3.1, mais apportant un lot majeur d'améliorations et quelques changements très intéressants dans le système de construction/compilation. Il est donc temps de revisiter la bête et de tester tout cela...

Émulation d’un circuit comportant un processeur Atmel avec simavr

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Il existe de nombreux cas où le matériel n’est pas disponible pour développer un système embarqué, que ce soit parce que la carte commandée n’a pas encore été livrée, parce que le collègue chargé de la conception du circuit imprimé a fait une erreur ou est en retard, ou parce qu’un virus interdit l’accès aux salles de travaux pratiques de l’Université (Fig. 1). Pour toutes ces raisons, nous désirons appréhender le développement d’un système embarqué sur un émulateur, c’est-à-dire un logiciel capable de fournir une représentation fidèle du comportement du dispositif réel, incluant ses latences et temporisations.