Guerre de l’information et cyberguerre : les deux Corées face à face

Magazine
Marque
MISC
Numéro
55
Mois de parution
mai 2011
Domaines


Résumé

La Corée du Nord inquiète par son attitude sur la scène politique et militaire internationale. Elle suscite également bien des curiosités. Rares sont en effet ceux qui la connaissent bien ; les images et les informations qui émanent du pays sont relativement peu nombreuses : le repli sur lui-même imposé par le pouvoir en place au pays depuis la guerre de Corée a posé un voile de mystère. Le pays n’en affiche pas moins ses volontés de puissance, et il n’est pas une année sans qu’un événement significatif (essais nucléaires, tests de missiles) ne vienne perturber la stabilité des États voisins, en premier lieu desquels bien sûr la Corée du Sud. Les deux États se font face depuis la fin de la guerre en 1953, et si les incidents militaires sont nombreux, les provocations permanentes, la tension sur la région frontalière extrême, le cyberespace est apparu depuis quelques années comme l’un des nouveaux domaines d’affrontement. La Corée du Nord se dote de capacités qui lui permettent d’opérer contre son adversaire (§I) ; la Corée du Sud, l’une des nations les plus connectées de la planète, ne se contente pas de subir les assauts (§II). Des incidents majeurs récents (l’affaire du Cheonan en 2010 notamment) ont trouvé leur prolongement dans le cyberespace (§III).


1. La Corée du Nord

1.1. Le cyberespace nord-coréen

Depuis le début des années 2000, l’Internet nord-coréen, conçu comme un intranet, est accessible aux citoyens. Les contenus proposés sur cet Internet national sont des produits conçus à l’intérieur du pays. L’Internet mondial n’est pour sa part accessible qu’à une infime partie de la population, essentiellement des élites politiques et militaires [1]. Ces connexions sont réalisées via l’opérateur China Netcom et par satellites. La téléphonie mobile a été introduite en Corée du Nord dès 2002, par la société Loxley Pacifique et le gouvernement nord-coréen. Les habitants de la capitale et de quelques grandes villes du pays peuvent aujourd’hui utiliser la téléphonie mobile, mais avec des restrictions : pas de communications internationales directes, limites imposées aux communications avec des résidents étrangers [2]. Le New York Times rapportait récemment (juin 2010) que 1024 adresses...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?