La surface d’attaque : son utilité, ses limites, ses nouveaux défis

Magazine
Marque
MISC
Numéro
98
Mois de parution
juillet 2018
Spécialité(s)


Résumé

La surface d’attaque est une notion essentielle en cybersécurité. Nous proposons dans cet article un rappel des divers éléments de sa définition (partie 1), puis formulons quelques hypothèses relatives à l’objectif de réduction de la surface d’attaque, qui se heurte à plusieurs difficultés (partie 2). Enfin, dans une visée plus prospective, nous interrogeons-nous sur les effets potentiels de l’intelligence artificielle sur la définition de la surface d’attaque (partie 3).


1. Définitions, enjeux

C’est au tournant des années 1990-2000 que l’on voit apparaître la notion de « surface d’attaque ». Ainsi apparaît-elle depuis dans des articles qui en proposent définitions, modèles formels [1], taxonomies [2], métriques [3], méthodes d’analyses (pour des environnements et applications particuliers tels que BlackBerry [4], Windows [5], Cloud, web browser [6], mobiles [7] ; ou pour des dimensions spécifiques telles que la surface d’attaque humaine [8]...), méthodes de réduction [9].

1.1. Définitions

La notion de surface d’attaque est aujourd’hui centrale en cybersécurité, gestion du risque et de la menace. Les évolutions technologiques incessantes conjuguées à l’expansion accélérée du cyberespace (cloud computing, Internet des objets [10]) contribuent par ailleurs à une remise en question constante de la notion, de son approche.

La « surface d’attaque » désigne « les potentielles vulnérabilités qui...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne
Références

[1] Pratyusa K. Manadhata, et alt., « A formal model for a system’s attack surface », juillet 2007, 21 pages

[2] Nils Gruschka, Meiko Jensen, « Attack surfaces : a taxonomy for attacks on Cloud services », 2010, IEEE Conference, 3rd international conference on Cloud Computing, pp.276-279

[3] Eric Osterweil, Danny McPherson, Lixia Zhang, « The shape and size of threats: defining a networked system’s attack surface », 2014, IEEE, 6 pages

[4] James O’Connor, « Attack surface analysis of BlackBerry Devices », Symantec Security Response, Ireland, 39 pages (rapport non daté)

[5] James Hoagland, et alt., « Windows Vista Network Attack Surface Analysis », Symantec Advanced Threat Research, 116 pages. (rapport non daté)

[6] Erwan Abgrall et alt., « Empirical investigation of the Web browser attach surface under Cross-site scripting: an urgent need for Systematic security regression testing », 2014 IEEE International Conference on Software Testing, Verification, and Validation Workshops, 8 pages

[7] Mark Sherman, Attack surfaces for mobile devices, Proceedings of the 2nd International Workshop on Software Development Lifecycle for Mobile, pp. 5-8, 2014

[8] Edwards, Matthew, « Panning for gold: Automatically analysing online social engineering attack surfaces », Computers & security, Volume 69, n° 1, août 2017, pp.18-34

[9] Akashdeep Bhardwaj, Sam Goundar, « Reducing the threat surface to minimize the impact of cyberattacks », Network Security, Volume 2018, n° 4, avril 2018, pp. 15–19

[10] Daniel Miessler, « Securing the Internet of Things: mapping attack surface areas using the OWASP IoT Top 10 », RSA Conference 2015, San Francisco, 20-24 avril 2015, présentation PowerPoint, 54 pages

[11] Eric Osterweil, Danny McPherson, Lixia Zhang, « The shape and size of threats: defining a networked system’s attack surface », 2014, IEEE.

[12] Stephen Northcutt, « The Attack Surface Problem », SANS Technology Institute, https://www.sans.edu/cyber-research/security-laboratory/article/did-attack-surface

[13] « Analyse et réduction de la surface d’attaque », site Information-Security, https://www.information-security.fr/analayt-reduction-surface-dattaque/

[14] « Attack your attack surface », rapport de Skybox Security, mars 2016, 13 pages, https://www.skyboxsecurity.com/sites/default/files/Attack%20Surface%20Visualization.pdf

[15] Michael Howard, « Fending off future attacks by reducing attack surface », Microsoft, février 2003

[16] Anil Kurmus et alt., « Attack surface metrics and automated compile-time OS kernel tailoring », 17 pages, https://www.ibr.cs.tu-bs.de/users/kurmus/papers/kurmus-ndss13.pdf - Joshua A. Meek, Wayne Zage, « M.I.D.A.S.: metrics identification of attack surfaces », Master Thesis, Department of Computer Science, Ball State University, Indiana, USA, 2012

[17] Pratyusa K. Manadhata, « Attack Surface Measurement », http://mlsec.info/project/attacksurface/

[18] Eric Osterweil, Danny McPherson, Lixia Zhang, « The shape and size of threats: defining a networked system’s attack surface », 2014, IEEE

[19] Department of Defense, DoD Cybersecurity Discipline, Implementation Plan, octobre 2015 (version amendée en février 2016), 27 pages

[20] Improving Cyber Basics. DoD Cyber Discipline Implementation Plan and DoD Cyber Scorecard, Décembre 2016, 10 slides

[21] Moritz Lipp, et alt., « Meltdown », 2018, 16 pages, https://meltdownattack.com/meltdown.pdf

[22] Department of Defense, « The DoD Cyber Strategy », avril 2015, Washington, 42 pages

[23] Amar Toor, « Singapore will ban civil servants from using the internet », 24 août 2016, site Theverge.com, https://www.theverge.com/2016/8/24/12621508/singapore-internet-ban-public-servants-cyber-attack

[24] Harold Abelson et alt., « Keys under Doormat: mandating insecurity by requiring government access to all data and communications », Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory, Technical Report, 6 juillet 2015, 34 pages

[25] Phil Quade, « Executive Insights: using artificial intelligence to rebalance the cyber criminal advantage », 27 février 2018, site Fortinet.com, https://www.fortinet.com/blog/industry-trends/executive-insights--using-artificial-intelligence-to-rebalance-t.html

[26] Miles Brundage et alt., « The Malicious use of artificial intelligence: forecasting, prevention, and mitigation », février 2018, 101 pages

[27] Andrew B. Gardner, « Combatting Advanced Cybersecurity Threats with AI and Machine Learning », RSA Conference 2017, 13-17 février 2017, San Francisco, présentation PowerPoint, 33 pages

[28] Maria Korolov, « How AI can help you stay ahead of cybersecurity threats », site CSOOnline.com, 19 octobre 2017, https://www.csoonline.com/article/3233951/machine-learning/how-ai-can-help-you-stay-ahead-of-cybersecurity-threats.html

[29] Moises Danziger, Marco Aurelio, Amaral Henriques, « Attacking and Defending with Intelligent Botnets », 3-7 septembre 2017, Brésil, 5 pages, XXXV Simposio Brasileiro de Telecomunicaçoes e Processamento de Sinais

[30] « Les deep fakes, des vidéos truquées au fort potentiel de nuisance », 29 mars 2018, Site rts.ch, https://www.rts.ch/info/sciences-tech/technologies/9405974-les-deep-fakes-des-videos-truquees-au-fort-potentiel-de-nuisance.html



Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Le piratage de logiciels dans le monde

Magazine
Marque
MISC
Numéro
101
Mois de parution
janvier 2019
Spécialité(s)
Résumé

Depuis plus de quarante ans, le piratage de logiciels demeure un phénomène planétaire, que rien ne semble véritablement pouvoir enrayer. Cet article s’intéresse à l’évolution du piratage de logiciels dans le monde, plus particulièrement au cours de la dernière décennie (2007-2017). Pour alimenter notre étude, nous nous appuyons sur les séries statistiques produites par la BSA et sur un ensemble de rapports et d’études publiés tout au long de la période. Dans un premier chapitre, nous rappelons les principaux enjeux du piratage (économiques, juridiques). Puis nous mettons en évidence quelques caractéristiques de l’évolution du piratage dans le monde, telles qu’elles émergent des séries statistiques de la BSA. Enfin, dans la troisième partie de l’article, nous formulons quelques constats et hypothèses sur les déterminants du piratage et les caractéristiques de son évolution. Des résultats significatifs sont-ils obtenus par les acteurs de la lutte contre le piratage ? Le développement de l’arsenal juridique et le durcissement des sanctions prononcées contre les contrefacteurs sont-ils vraiment de nature à impacter l’évolution du phénomène ?

Les CERT, acteurs de la cybersécurité internationale

Magazine
Marque
MISC
Numéro
95
Mois de parution
janvier 2018
Spécialité(s)
Résumé

Le premier CERT est né du constat d’un besoin de coordination entre les acteurs chargés de réagir aux cyber-incidents. Le FIRST, traduisant la nécessité d’élargir cette coordination à l’international, fut créé en 1990 afin d’offrir à la communauté de CERT naissante les moyens d’échange, de partage, susceptibles de conférer plus d’efficacité à leurs missions. Aujourd’hui, CERT de la première heure et organisations récemment créées, trouvent dans les outils de coordination internationale des espaces de rencontre, des moyens d’échange de données et offrent aussi aux nouveaux entrants des ressources (expérience, parfois financements). Depuis le début des années 90, le paysage des CERT a considérablement évolué. Se sont multipliées notamment les initiatives de coordination internationale dont l’observation permet de s’interroger sur les modalités conditionnant des relations efficaces, et de constater des freins à leur expansion.

Reverse Engineering : ce que le droit autorise et interdit

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
Mois de parution
juillet 2017
Spécialité(s)
Résumé

La pratique du reverse engineering est à la fois attrayante, utile, nécessaire, elle contribue en divers domaines au progrès, à la connaissance, à l’industrie. Elle suscite également des polémiques : le reverse engineering est-il une atteinte aux droits des auteurs ou des inventeurs ?S’opposent ainsi autour de la légalité du reverse engineering de logiciels, d’un côté ceux qui le mettent en œuvre, de l’autre ceux qui comme les auteurs, développeurs, éditeurs, veulent défendre des droits qu’ils peuvent estimer bafoués par cette méthode. Tout n’est pas autorisé, tout n’est pas interdit non plus. Le droit a posé ses règles, en France, mais comme nous le verrons également en Europe ou aux États-Unis, pour ne prendre que quelques exemples, qui veillent à garantir les droits des auteurs, développeurs et distributeurs de logiciels, tout en maintenant des droits aux utilisateurs.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Les nouvelles menaces liées à l’intelligence artificielle

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Sommes-nous proches de la singularité technologique ? Peu probable. Même si l’intelligence artificielle a fait un bond ces dernières années (elle est étudiée depuis des dizaines d’années), nous sommes loin d’en perdre le contrôle. Et pourtant, une partie de l’utilisation de l’intelligence artificielle échappe aux analystes. Eh oui ! Comme tout système, elle est utilisée par des acteurs malveillants essayant d’en tirer profit pécuniairement. Cet article met en exergue quelques-unes des applications de l’intelligence artificielle par des acteurs malveillants et décrit succinctement comment parer à leurs attaques.

Migration d’une collection Ansible à l’aide de fqcn_migration

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Distribuer du contenu Ansible réutilisable (rôle, playbooks) par l’intermédiaire d’une collection est devenu le standard dans l’écosystème de l’outil d’automatisation. Pour éviter tout conflit de noms, ces collections sont caractérisées par un nom unique, formé d’une espace de nom, qui peut-être employé par plusieurs collections (tel qu'ansible ou community) et d’un nom plus spécifique à la fonction de la collection en elle-même. Cependant, il arrive parfois qu’il faille migrer une collection d’un espace de noms à un autre, par exemple une collection personnelle ou communautaire qui passe à un espace de noms plus connus ou certifiés. De même, le nom même de la collection peut être amené à changer, si elle dépasse son périmètre d’origine ou que le produit qu’elle concerne est lui-même renommé.

Mise en place d'Overleaf Community pour l’écriture collaborative au sein de votre équipe

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Si vous utilisez LaTeX pour vos documents, vous connaissez vraisemblablement Overleaf qui vous permet de rédiger de manière collaborative depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Cependant, la version gratuite en ligne souffre de quelques limitations et le stockage de vos projets est externalisé chez l’éditeur du logiciel. Si vous désirez maîtriser vos données et avoir une installation locale de ce bel outil, cet article est fait pour vous.

Les listes de lecture

11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Clé de voûte d'une infrastructure Windows, Active Directory est l'une des cibles les plus appréciées des attaquants. Les articles regroupés dans cette liste vous permettront de découvrir l'état de la menace, les attaques et, bien sûr, les contre-mesures.
8 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Découvrez les méthodologies d'analyse de la sécurité des terminaux mobiles au travers d'exemples concrets sur Android et iOS.
10 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Vous retrouverez ici un ensemble d'articles sur les usages contemporains de la cryptographie (whitebox, courbes elliptiques, embarqué, post-quantique), qu'il s'agisse de rechercher des vulnérabilités ou simplement comprendre les fondamentaux du domaine.
Voir les 124 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous