Le piratage de logiciels dans le monde

Magazine
Marque
MISC
Numéro
101
Mois de parution
janvier 2019
Spécialité(s)


Résumé

Depuis plus de quarante ans, le piratage de logiciels demeure un phénomène planétaire, que rien ne semble véritablement pouvoir enrayer. Cet article s’intéresse à l’évolution du piratage de logiciels dans le monde, plus particulièrement au cours de la dernière décennie (2007-2017). Pour alimenter notre étude, nous nous appuyons sur les séries statistiques produites par la BSA et sur un ensemble de rapports et d’études publiés tout au long de la période. Dans un premier chapitre, nous rappelons les principaux enjeux du piratage (économiques, juridiques). Puis nous mettons en évidence quelques caractéristiques de l’évolution du piratage dans le monde, telles qu’elles émergent des séries statistiques de la BSA. Enfin, dans la troisième partie de l’article, nous formulons quelques constats et hypothèses sur les déterminants du piratage et les caractéristiques de son évolution. Des résultats significatifs sont-ils obtenus par les acteurs de la lutte contre le piratage ? Le développement de l’arsenal juridique et le durcissement des sanctions prononcées contre les contrefacteurs sont-ils vraiment de nature à impacter l’évolution du phénomène ?


1. Le piratage de logiciels : comprendre les enjeux

1.1 Qu’est-ce que le « piratage » de logiciels ? Définitions

Piratage de logiciel et contrefaçon sont souvent distingués l’un de l’autre [1]. La contrefaçon désignerait la production et la distribution de « faux » produits, tirés de la copie des originaux (copie des logiciels et des manuels utilisateurs), et packagés de manière à paraître pour originaux. Ces copies sont généralement vendues à des prix bien inférieurs aux produits officiels. Le piratage de logiciels désignerait quant à lui l’installation de logiciels sans disposer de leurs licences. Les logiciels peuvent donc être originaux, mais leur utilisation être illégale. Parfois, le « piratage » désignera les deux formes d’atteinte au logiciel : la FAST (Federation Against Software Theft) le définit ainsi comme « la copie non autorisée ou la distribution de logiciels protégés par un copyright » [2]. Pour la BSA (Business...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne
Références

[1] John F. Gantz et alt., The Dangerous World of Counterfeiting Pirated Software, White Paper, IDC, USA, 29 pages, 2013 : https://news.microsoft.com/download/presskits/antipiracy/docs/IDC030513.pdf

[2] https://www.fast.org/what-piracy

[3] https://www.bsa.org/country/ResearchandStatistics/~/media/Files/statestudy07/statestudy07.ashx

[4] https://scottandscottllp.com/a-new-definition-of-software-piracy/

[5] Tafer Zohei, Abbar Mohammed, Software Piracy in Developing Countries: prevalence, causes and some propositions, Global Journal of Economics and Business, Vol 3, Issue 2, Pp 191-216 (2017)

[6] S.A. Asongu, P. Singh, S. Le Roux, Fighting Software Piracy: Some Global Conditional Policy Instruments, Journal of Business Ethics, September 2018, Volume 152, Issue 1, pp 175–189

[7] Byeng-Hee Chang, Sang-Hyun Nam, Shin-Hye Kwon, Sylvia M. Chan-Olmsted, Toward and integrated model of software piracy determinants: a cross-national longitudinal study, Telematics and Informatics, Vol. 34, Issue 7, November 2017, pp.1113-1124

[8] Yavuz Akbulut, Onur Donmez, Predictors of digital piracy among Turkish undergraduate students, Telematics and Informatics, Vol. 35, Issue 5, August 2018, pp. 1324-1334

[9] Byung Lee, Seung Yeop Paek, Roy Fenoff, Factors associated with digital piracy among early adolescents, Children and Youth Services Review, Vol. 86, February 2018, pp. 287-295

[10] Marcos Vinicio Chein Feres, et alt., Robin Hood in reverse : software, piracy and copyright, Rev. Direito, 2017, vol.13, n.1, pp.69-94.

[11] Simplice A. Asongu, Harmonizing IPRs on Software Piracy: Empirics of Trajectories in Africa, Journal of Business Ethics, November 2013, Vol. 118, Issue 1, pp.45-60

[12] Hassan Aleassa, John Michael Pearson, Scott McClurg, Investigating Software Piracy in Jordan: An Extension of the Theory of Reasoned Action, Journal of Business Ethics, Volume 98, Issue 4, 2011, pp. 663-676

[13] I.P.L. Png, On the reliability of software piracy statistics, Electronic Commerce Research and Applications, Volume 9, Issue 5, September–October 2010, Pages 365-373

[14] D.W. Straub, R.W. Collins, Key information liability issues facing managers: software piracy, proprietary databases, and individual rights to privacy, MIS Quarterly, Volume 14, Issue 2, 1990, pp.143-156

[15] Playing Hardball with Software, SCIENCE '83, May 1983; Getting Tough on Software Theft, BUSINESS WEEK, May 31, 1982

[16] Battling the Computer Pirates, N. Y. Times, Jan. 5, 1983,

[17] Robert K. Robinson, Brian J. Reithel, The software piracy dilemma in public administration: a survey of university software policy enforcement, Public Administration Quarterly, Vol. 17, n°. 4, Winter 1994, pp. 485-497

[18] https://www.bsa.org/country/ResearchandStatistics/~/media/Files/statestudy07/statestudy07.ashx

[19] https://www.bsa.org/country/ResearchandStatistics/~/media/Files/statestudy07/statestudy07.ashx

[20] http://www.bsa.org/about-bsa

[21] https://www.iacc.org/

[22] https://www.nytimes.com/2010/11/07/technology/07piracy.html

[23] http://www.comp.nus.edu.sg/~ipng/research/piracy_HICSS.pdf

http://www.serci.org/2008/png.pdf

[24] I.P.L. Png, On the reliability of software piracy statistics, Electronic Commerce Research and Applications, Volume 9, Issue 5, September–October 2010, Pages 365-373

[25] Quartiles calculés à l’aide de http://www.alcula.com/calculators/statistics/quartiles/

[26] Réalisée à partir de https://www.graphpad.com/quickcalcs/CImean2/

[27] https://www.voanews.com/a/global-trend-in-counterfeiting-and-piracy/3783360.html



Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

La surface d’attaque : son utilité, ses limites, ses nouveaux défis

Magazine
Marque
MISC
Numéro
98
Mois de parution
juillet 2018
Spécialité(s)
Résumé

La surface d’attaque est une notion essentielle en cybersécurité. Nous proposons dans cet article un rappel des divers éléments de sa définition (partie 1), puis formulons quelques hypothèses relatives à l’objectif de réduction de la surface d’attaque, qui se heurte à plusieurs difficultés (partie 2). Enfin, dans une visée plus prospective, nous interrogeons-nous sur les effets potentiels de l’intelligence artificielle sur la définition de la surface d’attaque (partie 3).

Les CERT, acteurs de la cybersécurité internationale

Magazine
Marque
MISC
Numéro
95
Mois de parution
janvier 2018
Spécialité(s)
Résumé

Le premier CERT est né du constat d’un besoin de coordination entre les acteurs chargés de réagir aux cyber-incidents. Le FIRST, traduisant la nécessité d’élargir cette coordination à l’international, fut créé en 1990 afin d’offrir à la communauté de CERT naissante les moyens d’échange, de partage, susceptibles de conférer plus d’efficacité à leurs missions. Aujourd’hui, CERT de la première heure et organisations récemment créées, trouvent dans les outils de coordination internationale des espaces de rencontre, des moyens d’échange de données et offrent aussi aux nouveaux entrants des ressources (expérience, parfois financements). Depuis le début des années 90, le paysage des CERT a considérablement évolué. Se sont multipliées notamment les initiatives de coordination internationale dont l’observation permet de s’interroger sur les modalités conditionnant des relations efficaces, et de constater des freins à leur expansion.

Villes intelligentes et questions de droit

Magazine
Marque
MISC
Numéro
92
Mois de parution
juillet 2017
Spécialité(s)
Résumé

Les villes intelligentes mobilisent les technologies de pointe pour créer des cités high-tech assurant une qualité de cadre de vie optimale. Elles se caractérisent par l’intégration de systèmes, par le déploiement de quantités impressionnantes de capteurs et de calculateurs, pour mesurer, évaluer, optimiser le fonctionnement des transports, de la sécurité, de l’éducation, de la consommation énergétique, ou encore de l’administration, de la santé. L’informatisation de la société et des secteurs-clés n’est certes pas nouvelle. Mais l’intégration des systèmes tout d’abord, puis la concentration de ces technologies dans des espaces encore relativement réduits, créent des conditions particulières qui soulèvent déjà nombre de questions d’ordre juridique : comment vivront les citoyens dans ces environnements dont les technologies sont appelées à réguler non seulement les systèmes, services et applications, mais également, de fait, leur quotidien ? Quel sort sera réservé aux données, notamment personnelles ? Qu’adviendra-t-il des libertés individuelles dans des milieux bardés de capteurs, de caméras, qui permettent de suivre les individus en tous lieux et tous instants ? Mais encore, qui gèrera, qui gouvernera, décidera ou possèdera : comment s’organisera le partenariat public-privé ?

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Les listes de lecture

11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Clé de voûte d'une infrastructure Windows, Active Directory est l'une des cibles les plus appréciées des attaquants. Les articles regroupés dans cette liste vous permettront de découvrir l'état de la menace, les attaques et, bien sûr, les contre-mesures.
8 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Découvrez les méthodologies d'analyse de la sécurité des terminaux mobiles au travers d'exemples concrets sur Android et iOS.
10 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Vous retrouverez ici un ensemble d'articles sur les usages contemporains de la cryptographie (whitebox, courbes elliptiques, embarqué, post-quantique), qu'il s'agisse de rechercher des vulnérabilités ou simplement comprendre les fondamentaux du domaine.
Voir les 104 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous