iPhone OS Core Audio Buffer Overflow

Magazine
Marque
MISC
Numéro
49
Mois de parution
mai 2010
Domaines


Résumé

Le firmware iPhone 3.1.3 de février 2010 a permis à Apple de corriger plusieurs vulnérabilités. La plus notable affectait le chargeur de démarrage iBoot et permettait de jailbreaker les iPhones 3GS. Une autre faille intéressante découverte par Tobias Klein a également été patchée, il s'agissait d'un stack buffer overflow dans la gestion des fichiers audio au format MP4 [CVE]. L'exploitation des failles de sécurité sur l'iPhone est rendue compliquée par l'utilisation du bit XN (eXecute Never) du CPU ARM, empêchant l'exécution de code sur la pile et le tas. Nous présentons ici comment utiliser le « return oriented programming » pour exploiter cette faille.


1. Analyse de la vulnérabilité

1.1 Le format MP4 et le démon mediaserverd

Un fichier MP4 est un conteneur composé de plusieurs blocs appelés « atomes », identifiés par un tag ASCII de 4 octets précédé par la taille du bloc. Ces atomes peuvent être imbriqués et vont contenir des métadonnées ou des flux audio/vidéo. Un conteneur MP4 commence toujours par un atome « ftyp » qui indique le format des données contenues dans le fichier.

La gestion des fonctionnalités multimédias de l'iPhone est assurée par le démon mediaserverd, qui expose différentes méthodes via une interface IPC. Ce démon va donc gérer la lecture des flux audio et vidéo à la demande des différentes applications du téléphone, et en particulier décoder les différents formats de fichiers.

1.2 Description du bug

La vulnérabilité concerne la fonction MP4AudioStream::ParseHeader dans la bibliothèque AudioToolbox. Le prologue de la fonction est le suivant :

STMFD SP!,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.

Cas pratique sur la sécurisation d'un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article présente trois exemples de problèmes de sécurité rencontrés sur des clusters Kubernetes, causés par un manque de maîtrise des applications déployées sur un cluster par ses administrateurs ou par les développeurs des applications s’y exécutant. Nous donnons ensuite des pistes afin de mieux maîtriser et sécuriser ces applications.

Sauvegardez vos données, centralisez vos logs et supervisez votre sécurité

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Nos serveurs présentent désormais une surface d’attaque réseau maîtrisée et une sécurisation système d’un niveau cohérent avec notre modèle de menaces. De même, le service SSH tournant sur ces serveurs est configuré de manière optimisée. Nous pouvons donc être relativement sereins si nos adversaires sont d’un niveau intermédiaire. Et si malgré toutes ces protections, une attaque comme un rançongiciel réussissait ? Et bien dans ce cas-là, pour l’instant, notre infrastructure serait particulièrement vulnérable. Aucune sauvegarde externalisée. Pas de centralisation des traces. Une supervision sécurité inexistante. Remédions à cette situation afin d’élever le niveau de maturité de la sécurité de notre infrastructure.

Investigation numérique de l’image disque d’un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Une investigation numérique requiert de nombreuses étapes. Celles-ci varient en fonction des données disponibles. Une des plus importantes est l’analyse de la mémoire vive (voir MISC N°111 [1]). L’analyse de la mémoire de masse, constituée des événements propres au système d’exploitation apporte de nouveaux éléments. Une fois celles-ci terminées, la corrélation des deux nous permettra de confirmer d’éventuelles hypothèses.