Quod Libet, la gestion musicale à votre image

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
73
Mois de parution
septembre 2012
Spécialité(s)


Résumé
Votre collection de musique dépasse allègrement les dix mille titres, et vous êtes confronté à un dilemme : quel gestionnaire musical choisir ? Vous composez avec les défauts des uns et des autres... Quod Libet vous laisse gérer votre musique à votre manière, sans sacrifier la rapidité.

Body

Des lecteurs audio, vous en connaissez de toutes les couleurs et de toutes les formes. Alors quelles sont les particularités qui font de Quod Libet un gestionnaire à part ? Écrit en Python, il est extrêmement léger et ne requiert pas l'installation de composantes de GNOME ou KDE. La taille de la bibliothèque influe peu sur la charge en mémoire vive : les collections de milliers de titres peuvent être parcourues sans broncher, là où d'autres gestionnaires peuvent afficher des ralentissements.

Pour installer Quod Libet sur Ubuntu ou Debian :

sudo apt-get install quodlibet

Quod Libet est aussi disponible pour Windows et Mac OS X.

Libre à vous d'installer les codecs correspondants aux formats de fichiers que vous voulez gérer. Quod Libet est généreux de ce côté-là, avec le support des fichiers MP3, Ogg Vorbis, FLAC, Musepack, MOD/XM/IT, Wavpack, ou encore MPEG-4 AAC.

1. L'interface

Dans Quod Libet, c'est vous qui décidez de ce que vous voulez afficher. La fenêtre principale peut contenir plusieurs panneaux (navigateur à panneaux, listes de lecture, liste des morceaux, file d'attente). La taille des différents panneaux est réglable en largeur et en hauteur.

Pour afficher des panneaux supplémentaires dans une autre fenêtre, il faut passer par le menu Musique > Parcourir la bibliothèque et sélectionner le panneau voulu.

Le panneau de navigation

On peut parcourir des yeux une bibliothèque en consultant la liste des morceaux et en la filtrant, soit par un champ de recherche, soit par un navigateur à panneaux, soit par un mélange des deux. Le navigateur à panneaux est totalement configurable. Pour cela, rendez-vous sur la petite icône de configuration à droite du champ de recherche.

navigateurpanneaux

Fig. 1 : La disposition du navigateur à panneaux n'est pas une fatalité : les colonnes affichées sont modifiables et interchangeables.

On peut varier le niveau de détail du navigateur à l'envi. Il suffit d'ajouter dans la liste les tags dans l'ordre voulu pour les colonnes (genre, artiste, année, album, par exemple). Après validation et un temps de chargement, le nouveau navigateur est opérationnel.

2. Les listes de lecture

Pour construire des listes de lecture, rien de plus simple. Le menu Affichage > Listes de lecture fait apparaître le panneau idoine. De là, on peut créer de nouvelles listes ou importer des listes existantes. Rendez-vous ensuite dans la vue Navigateur à panneaux. Sélectionnez les morceaux à ajouter dans une liste de lecture, puis faites un clic droit sur Ajouter à la liste de lecture

La recherche classique et par expressions rationnelles

Tout le monde connaît le champ de recherche dans les lecteurs audio. Certains offrent la possibilité de choisir un champ de tags particulier pour effectuer la recherche. Quod Libet effectue la recherche à la frappe, mais va plus loin : il gère aussi les expressions régulières. Deux exemples :

artist = |(townshend, who)

Cette recherche affiche aussi bien les titres de Pete Townshend que ceux des Who.

&(artist = Lindsay Smith, album = Vat)

Cette recherche filtre les chansons de Lindsay Smith qui appartiennent à l'album Tales From The Fruitbat Vat.

La restriction à un tag en début de recherche augmente la vitesse de la recherche, en plus de présenter des résultats plus ciblés.

Enfin, on peut aussi parcourir des morceaux qui ne sont pas encore dans la bibliothèque de Quod Libet. Avec Affichage > Système de fichiers, une arborescence apparaît à côté de la liste des morceaux.

Voilà pour les listes de lecture standards. Et les listes de lecture intelligentes ? Ici, Quod Libet fonctionne un peu différemment par rapport aux autres lecteurs. Dans le champ Recherche, cliquez sur la flèche à droite : elle révèle un menu déroulant. Dans Edit save searches, vous pouvez nommer et enregistrer des recherches personnalisées, classiques ou avec expressions régulières. Celles-ci font office de listes de lecture intelligentes.

3. Radios et podcasts

Si la musique de votre bibliothèque ne suffit pas, Quod Libet gère aussi les webradios. Le menu Affichage > Radios Internet ouvre un panneau avec une liste des genres. Une fois la liste des radios mise à jour, la liste des morceaux à droite du panneau est remplacée par celle des radios. Vous pouvez aussi ajouter la webradio de votre choix avec son adresse.

radios

Fig.2 : La recherche de radios, avec un panneau pour les genres et l'autre pour les flux. 

Quod Libet gère aussi les podcasts. On affiche le panneau dédié avec Affichage > Flux audio. Mais ici, pas de liste pré-établie : c'est à vous d'ajouter l'adresse du flux podcast désiré. La navigation est sensiblement la même que pour les flux radios.

Ex Falso, pour les étiquettes et l'importation

Toute bonne collection musicale se doit d'intégrer des morceaux parfaitement étiquetés. Les concepteurs de Quod Libet l'ont bien compris et proposent pour cela l'outil Ex Falso (aussi utilisable séparément).

exfalso

Fig. 3 : Les étiquettes peuvent être appliquées sur un fichier seul ou un groupe de fichiers.

Autre raffinement, Quod Libet supporte le multi-étiquetage. Le connaisseur peut ainsi ajouter plusieurs étiquettes pour le genre d'un même morceau. Dans le navigateur à panneaux, un même morceau peut apparaître sous le genre Rock et le genre Jazz. Autre raffinement, l'onglet Numéros de piste change en un clic les numéros de piste d'un album entier, en démarrant à 1 ou ailleurs, incluant ou non le total des pistes.

Vos fichiers sont rangés dans un dossier au nom de l'artiste, de l'album, mais leurs étiquettes laissent à désirer ? Dans l'onglet Étiquettes par chemin, utilisez l'emplacement d'un fichier et/ou le nom du fichier pour remplir ses étiquettes. Particulièrement pratique pour uniformiser les morceaux accumulés d'année en année !

Ex Falso est aussi un outil d'importation pour la bibliothèque de Quod Libet. Rendez-vous dans le dossier où se situent les fichiers à importer. Sélectionnez-les, et dans l'onglet Renommer les fichiers, sélectionnez le chemin vers votre bibliothèque. Pour les pointilleux, vous pouvez aussi remplacer les espaces dans les noms de fichier par un autre caractère. Il en va de même pour les caractères mal supportés sous Windows, utile si vous partagez votre bibliothèque entre plusieurs postes.

Ensuite, dans Quod Libet, menu Musique, choisissez Rafraîchir la bibliothèque, et au bout de quelques instants, vos morceaux sont intégrés et correctement étiquetés.

Depuis Ex Falso, vous pouvez aussi faire le ménage dans les fichiers, sans passer par Quod Libet. Un outil pratique et complet.

4. Les périphériques multimédias

Quod Libet reconnaît les lecteurs numériques une fois qu'ils sont montés sur le système de fichiers. Pour afficher la liste des lecteurs connectés dans une fenêtre séparée de l'interface principale, allez dans Musique > Parcourir la bibliothèque > Périphériques multimédia. De là, vous pouvez supprimer des morceaux d'un périphérique audio, ou y glisser-déposer des morceaux depuis votre bibliothèque. Une méthode manuelle comparable au simple glisser-déposer dans un explorateur de fichiers.

5. Les plugins

Quod Libet peut être agrémenté de fonctions supplémentaires via un système de plugins. Le moyen le plus simple d'obtenir les principaux plugins est d'installer un paquet dédié. Pour Debian ou Ubuntu :

sudo apt-get install quodlibet-plugins

On retrouve les plugins installés dans Quod Libet dans le menu Musique > Greffons, où l'on peut activer ou non chaque plugin manuellement. On notera la présence d'un détecteur de doublons (Duplicate Browser), d'une icône dans la zone de notification de la barre des tâches (Tray Icon), d'un utilitaire pour télécharger la pochette d'un album (Download Album Art), d'un utilitaire de gravure (Burn CD) et bien d'autres.

greffons

Fig. 4 : Chaque plugin peut être activé ou désactivé à la volée.

Pour les plugins qui concernent directement des morceaux (recherche des métadonnées, téléchargement de la pochette), il suffit de sélectionner les morceaux concernés, de faire un clic droit et de chercher le plugin approprié dans le menu Greffons.

6. Ce que Quod Libet ne peut pas faire

Quod Libet est un projet jeune (la version 1.0 date de fin 2008), et pour le moment, il ne gère pas de manière automatique la synchronisation avec les lecteurs externes (mise à jour des listes de lecture). Une fonctionnalité qu'on retrouve essentiellement sur iTunes sous Windows et Mac OS X.

Contrairement à Banshee, Quod Libet ne prend pas en charge les contenus vidéos. On pourra alors se tourner vers un gestionnaire dédié, tel Miro.

Les habitués d'iTunes, Banshee ou Rhythmbox regretteront peut-être aussi l'absence de panneau « menu » pour basculer de la bibliothèque aux listes de lecture ou à la liste des podcasts par exemple. Quod Libet fait le pari d'éclater les fonctionnalités dans des fenêtres différentes. Chacun se fera sa propre idée de l'aspect pratique du logiciel à l'usage !

Conclusion

Le projet Quod Libet fournit un gestionnaire de sonothèque stable, léger et riche en fonctionnalités. On regrettera la gestion primaire des appareils mobiles, et la propension de certains plugins à marcher de manière aléatoire. Mais ces défauts sont contrebalancés par la grande qualité du gestionnaire d'étiquettes, Ex Falso, qui vous rendra service même si vous utilisez un autre lecteur audio à la place de Quod Libet pour lire vos fichiers musicaux.

Pour aller plus loin

Le site du projet Quod Libet :http://code.google.com/p/quodlibet/. On y trouve toutes les nouveautés pour chaque version, un guide détaillé sur la recherche de morceau dans la collection musicale ou encore des détails sur les plugins à venir. 




Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Sage : le couteau suisse des maths pour Linux

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
75
Mois de parution
janvier 2013
Spécialité(s)
Résumé
Vous souvenez-vous des laboratoires de mathématiques avec Maple ou Mathematica, au lycée, à la fac ou en école d'ingénieur ? Calcul, manipulation de matrices, dessin de fonctions... Sage est un logiciel qui vous propose une expérience et des fonctionnalités similaires à ses concurrents, mais dans le monde de l'open source. Découverte de la version 5.

Le dessin assisté par ordinateur sous Linux avec LibreCAD et FreeCAD

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
74
Mois de parution
novembre 2012
Spécialité(s)
Résumé
En architecture ou en mécanique, les logiciels de dessin assisté par ordinateur en 2D et en 3D sont indispensables. À côté des poids lourds du secteur comme CATIA, AutoCAD ou SolidWorks, il existe des alternatives pour Linux. Petit tour d'horizon de quelques fonctionnalités de LibreCAD pour la 2D et de FreeCAD pour la 3D.

I3, le « tiling window manager » pour tous

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
74
Mois de parution
novembre 2012
Spécialité(s)
Résumé

Et si vous utilisiez un gestionnaire de fenêtres minimaliste, comme les power users ? Mais vous vous dites qu'il faut apprendre un langage de programmation pour le configurer, que cela prend un temps fou... Qu'à cela ne tienne, i3 est un gestionnaire avec des fichiers de configuration en langage naturel et aux raccourcis clavier intuitifs. Présentation de la version 4.2.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous