Ubuntu One : bénéficiez d'un espace de stockage gratuit et synchronisez vos données !

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
63
Mois de parution
janvier 2011


Résumé
Canonical, la société éditrice d’Ubuntu, a lancé en mars 2009 la version bêta (publique) de son service One. Au début simple espace de stockage distant offert, auto-synchronisé avec Ubuntu, One se dote depuis les dernières versions d’Ubuntu d’autres fonctionnalités le faisant devenir le « cloud Ubuntu ». Tour d'horizon de ses différentes fonctionnalités…

1. Mise en place

La distribution servant d’exemple ici est une Ubuntu 10.10 (Maverick). La manipulation d’inscription est équivalente avec les versions inférieures, excepté que l’assistant passe par l’interface web. Le reste des manipulations de cette partie après l’inscription sont les mêmes. Attention, Ubuntu 9.04 minimum est exigé pour profiter d’Ubuntu One.

Ouvrez le Me Menu d’Ubuntu (applet en haut à droite permettant entre autres le contrôle des sessions et l’arrêt de la machine) et cliquez sur Ubuntu One ; vous pouvez également passer par le menu Système > Préférences > Ubuntu One. L’assistant de création ou d’association d’un compte Ubuntu One s’ouvre alors (votre navigateur s’ouvre sur la page d’inscription/d’identification pour les versions inférieures à Ubuntu 10.10). Remplissez les champs par les informations requises (votre adresse mail et un mot de passe), recopiez le captcha et validez. Vous recevez sous quelques instants...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Ubuntu Light : une nouvelle déclinaison d’Ubuntu adaptée au Web grâce à Unity

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
61
Mois de parution
septembre 2010
Résumé
Les rumeurs disaient que Canonical travaillait sur une nouvelle variante d’Ubuntu qui était destinée au dual boot « light / Web » il y a déjà quelques mois… En mars dernier, la rumeur fut officialisée sous le nom d’Ubuntu Light et son composant principal sous le nom d’Unity.

Les Google phones débarquent : tour d'horizon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
55
Mois de parution
septembre 2009
Résumé
Nous avons précédemment parlé de l’OS mobile de Google, Android, basé sur un noyau Linux. Après un bref résumé de cette jeune application provenant des labos Google, nous parlerons des nouveautés, et surtout l’une des plus importantes : ça y est, les premiers « Androphones » (ou Google Phones) sont arrivés chez les opérateurs de téléphonie mobile français...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous