Installation et gestion des paquetages sous la distribution GNU Linux Sabayon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
63
Mois de parution
janvier 2011


Résumé
Le sabayon est une préparation culinaire d'origine italienne. Elle est obtenue en incorporant un liquide alcoolisé ou non à des jaunes d'œufs accompagnés ou non de sucre. Un bon poignet pour fouetter longuement et vous pourrez déguster ce dessert qui est un vrai petit nuage de douceur. Eh oui, c'est ce fameux dessert italien qui a donné son nom à la distribution GNU/Linux Sabayon. Une distribution peu connue des Linuxiens, alors qu'elle s'avère être l'une des plus puissantes et des plus simples d'utilisation...

1. Introduction

Sabayon est une distribution basée sur Gentoo, une distribution rapide et complètement libre orientée vers les développeurs et les professionnels du réseau.

Mais contrairement à Gentoo, qui installe tout ou partie du système à partir du code source, Sabayon s'installe à partir de paquets précompilés. Il s'agit donc d'une distribution prête à l'emploi, puisqu'elle inclut de base les pilotes propriétaires des différentes cartes graphiques, les codecs vidéo et audio, de nombreux logiciels, ainsi que plusieurs environnements graphiques (KDE,GNOME,XBMC,Fluxbox).

Le point qui nous intéresse ici : comment gérer vos paquets et maintenir votre Sabayon à jour ?

2. Gestion des paquets en mode texte

2.1 Entropy

À l'instar des distributions les plus populaires, telles que Debian, qui se base sur le gestionnaire de paquetages APT, CentOS et Fedora qui utilisent Yum, ou encore Mandriva et OpenSUSE qui se servent respectivement de Urpmi et de Zypper, la distribution...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Le DevOps en pratique

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Spécialité(s)
Résumé

Aujourd’hui, le terme DevOps est au cœur de la transformation digitale. En effet, lorsqu’on évoque l’agilité dans le cycle de vie de développement logiciel, on est amené à pratiquer des méthodologies permettant d’accélérer d’une part le processus de développement et de fiabiliser la production logicielle d’un autre côté. Parmi ces méthodologies (Scrum, Kanban…), le DevOps est certainement celle qui a été adopté par la plupart des entreprises ayant comme activité principale ou annexe, la digitalisation de leur système d’information pour faire face au défi que représente l’essor des technologies numériques. Dans cet article, nous ferons un premier tour d’horizon de la partie outillage du DevOps. Il existe une panoplie d’outils et il est impossible de les évoquer tous dans un seul article, car chaque outil nécessiterait un ouvrage à part entière.

Jenkins, Docker et Kubernetes pour déployer en CI/CD

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
123
Mois de parution
janvier 2021
Spécialité(s)
Résumé

La mise en place d'un processus d'intégration continue et de déploiement continu nécessite une réflexion sérieuse avant de la concrétiser dans la vraie vie d'une organisation. La diversité des méthodes agiles, la panoplie des outils DevOps disponible sur le marché et le choix de l'infrastructure sous-jacente pour créer vos projets nécessitent de prendre du recul avant de se lancer. Découvrez dans cet article comment créer un CI/CD.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Spécialité(s)
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous