Un studio sous Linux pour vos instruments

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
63
Mois de parution
janvier 2011


Résumé
Lors de mes pérégrinations sur le Web à la recherche d'un logiciel de tablature, j'ai découvert, en homme libre, le très bon (bien que programmé en Java ;-)) Tux-guitar, qui me semble l'équivalent de GuitarPro dans mon utilisation débutante. Mais j'ai aussi découvert le monde très complet et complexe de la LMAO : Linux Musique Assistée par Ordinateur. Voici un petit tour rapide des indispensables pour créer votre première maquette.

1. Introduction

Wikipédia [1] définit la MAO comme suit : « La musique assistée par ordinateur (MAO) regroupe l'ensemble des utilisations de l'informatique comme outil associé à la chaîne de création musicale depuis la composition musicale jusqu'à la diffusion des œuvres, en passant par la formation pédagogique au solfège ou aux instruments. ».

Dans ce cadre, on retrouvera de nombreux logiciels pour la composition musicale, l'interprétation musicale, l'enregistrement sonore. Du côté des logiciels libres, on retrouve des applications dans les catégories suivantes : instrument de musique assisté par ordinateur IMAO (Tuxguitar), séquenceur (Ardour, Muse, Rosegarden), trackers, enregistrement audio (Audacity, Ardour), synthétiseur logiciel (Qsynth), plugin d'effet (guitarix, rakarrak), logiciels de notation musicale (Lylipond).

2. Ubuntu Studio ou Ubuntu avec Studio

Il existe une distribution optimisée pour la création artistique : Ubuntu Studio [2]. Sa principale...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Utilisez GitLab pour la gestion globale de vos projets en équipe

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
120
Mois de parution
juillet 2020
Spécialité(s)
Résumé

D’après Wikipédia, GitLab est un « logiciel libre de forge basé sur Git [1] proposant les fonctionnalités de wiki, un système de suivi des bugs, l’intégration continue et la livraison continue » [6]. Il est développé par la société GitLab Inc. et est très utilisé par les entreprises informatiques, mais aussi les centres de recherche et les équipes produisant des logiciels libres. Sa première version date d’octobre 2011 et il n’a pas cessé d’évoluer depuis. GitLab est donc une plateforme permettant d’héberger et de gérer des projets dans leur ensemble. Elle offre la possibilité de gérer ses dépôts Git et permet une gestion de tout le processus de développement de l’idée à la production. Elle propose ainsi une collaboration simple et efficace entre les différents participants d’un même projet.

Annotez et complétez vos PDF avec Xournal++

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
118
Mois de parution
mars 2020
Spécialité(s)
Résumé

Xournal ++ est une application de prises de note et de dessin à l’aide d’un stylet ou de la souris. L’une de ses fonctionnalités très utile permet d’ouvrir un fichier PDF et de réaliser des annotations sur ce dernier. Voyons en détail l’utilisation de ce petit utilitaire libre très pratique.

Créez facilement des applications graphiques tactiles avec Python et Kivy

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
46
Mois de parution
octobre 2019
Spécialité(s)
Résumé
Dans le numéro 106 de Linux Pratique nous avons vu comment développer des applications graphiques pour petits écrans tactiles en python avec pySDL2, un « wrapper » python vers la bibliothèque SDL2. Cependant, cette dernière est très limitée en termes de widgets graphiques. Nous allons découvrir ici la bibliothèque Kivy qui est très complète et vous permettra de réaliser des interfaces graphiques complexes sans trop d’efforts.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous