Réplication avec PostgreSQL

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
juin 2021
Domaines


Résumé

Un besoin souvent remonté des utilisateurs est de disposer d’un serveur très rapidement opérationnel quand le serveur en production est tombé. Restaurer une sauvegarde prend souvent du temps et même si ce temps ne semble pas très important, il est parfois crucial de pouvoir restaurer le service en quelques minutes, voire secondes. La réplication répond à ce besoin.


La réplication permet de pousser toutes les modifications réalisées sur un serveur A vers un serveur B. Les deux serveurs sont donc des copies identiques. Au cas où le serveur A tombe, le serveur B est prêt à prendre la main immédiatement, permettant ainsi une reprise du service en quelques secondes. Les serveurs faisant partie d’un même système de réplication sont intégrés dans ce qu’on appelle un cluster de réplication.

Il existe deux principales propriétés de réplication. La première est la symétrie. Dans une réplication symétrique, tous les serveurs du cluster de réplication ont le même rôle : à savoir lecture et écriture possibles pour tous les serveurs. Dans une réplication asymétrique, un seul serveur permet les écritures (et les lectures), tous les autres serveurs sont disponibles en lecture seule. Le serveur en écriture est généralement appelé serveur primaire, les serveurs en lecture seule sont appelés des secondaires (l’ancienne...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les serveurs de redirection de mails légers

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les utilisateurs un peu avertis connaissent les serveurs de messagerie électronique Sendmail, Postfix ou Exim. Mais il existe des solutions plus simples et plus sécurisées : les serveurs de redirection de mails légers.

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.