Faire ses premiers pas avec OpenCV sur Raspberry Pi

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
103
Mois de parution
septembre 2017
Domaines


Résumé
Dans ce tutoriel, vous allez apprendre à réaliser un photomontage qui pourra également s'étendre à une vidéo. Le photomontage consiste à ajouter notre cher compagnon Tux en tant que logo à l'une de nos images de vacances [2][3]. Certes il est possible de faire cela très facilement avec GIMP ou tout autre logiciel de retouche d'images. L'objectif de ce tutoriel étant la découverte et l'initiation à la librairie OpenCV [1] au travers de fonctions de base. OpenCV offre d'innombrables fonctions telles que la détection d'objets, la reconnaissance de visages, la construction d'images 3D... tout cela aussi bien sur des images que des vidéos en temps réel.

Outil utilisé : OpenCV 2.4

Instructions d'installation

OpenCV (Open Computer Vision) est une librairie dédiée à la vision par ordinateur conçue à l'origine par Intel et aujourd'hui de nouveau soutenue par Intel pour des applications de traitements d'images en temps réel. OpenCV fonctionne avec tous les systèmes d'exploitation de Linux à Windows en passant par Mac OS ainsi qu'Android. De plus, son API est disponible pour la majorité des langages de programmation : C, C++, Java, Python...

Cette librairie est composée de plusieurs modules. À commencer par le module cœur (core) qui regroupe les fonctions de base, le module imgprog pour tout ce qui concerne les fonctions de traitement d'images, le module highgui pour afficher les fonctions d'affichage et bien d'autres modules.

L'installation d'OpenCV s'effectue de façon classique. Nous installons également le paquet python-opencv afin de pouvoir utiliser OpenCV depuis le langage Python.

pi@raspberrypi:~$ sudo apt-get install...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Jonglez avec vos tracés via PlotJuggler

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
47
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Développé par un roboticien, PlotJuggler a été pensé pour répondre à des besoins de tracés très utiles au débogage de drones. Lorsque vous avez de nombreuses données à analyser, parfois en temps réel, il peut être très commode d’afficher celles-ci sous forme de graphiques. Si vous pouvez le faire simplement et avez la possibilité de leur appliquer de nombreuses opérations directement, alors vous gagnez en efficacité, c’est ce que propose PlotJuggler.

Motrix : un gestionnaire de téléchargements simple à prendre en main

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
115
Mois de parution
septembre 2019
Domaines
Résumé
Via son interface graphique simple et épurée, Motrix va vous permettre de gérer tous vos téléchargements HTTP, BitTorrent, FTP, Magnet, etc. Ces derniers sont présentés ici sous forme de tâches et classés au sein de trois catégories : Actives, En attente et Stoppées, afin d’y voir plus clair. Jusqu’à 10 d’entre elles peuvent être lancées simultanément.

ElabFTW, votre cahier de laboratoire numérique

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
114
Mois de parution
juillet 2019
Domaines
Résumé
L’ensemble des travaux scientifiques des chercheurs est retranscrit dans leurs cahiers de laboratoire afin de détailler les expériences, les théories, les conclusions. Le but est à la fois de rendre les résultats compréhensibles par d’autres (ou soi-même), mais aussi de rendre ceux-ci officiellement datés. La plupart du temps, les laboratoires utilisent des cahiers en papier, mais le besoin toujours grandissant de collaboration et de données numériques incite à migrer vers des solutions logicielles.

Quels outils libres pour assister les personnes en situation de handicap dans leur utilisation de l’informatique ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
45
Mois de parution
juin 2019
Domaines
Résumé
On parle beaucoup de fracture numérique dans la société d’une manière générale, mais on entend peu s’exprimer les personnes les plus concernées par les difficultés à utiliser un ordinateur, à savoir les personnes en situation de handicap. Pour une vraie société inclusive, tout doit être mis en œuvre pour faciliter l’accès et l’usage de l’informatique au plus grand nombre, et cela n’est pas qu’une question d’infrastructure et de zones blanches.