La liberté jusqu’au cœur du processeur avec RISC-V

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
31
Mois de parution
octobre 2019
Domaines


Résumé
RISC-V est un jeu d’instructions 32 bits libre, développé initialement par l’université de Berkeley. Ce jeu d’instructions (ISA pour Instruction Set Architecture) est maintenant soutenu par une fondation regroupant quasiment tous les grands noms de l’industrie informatique. Dans cet article, nous allons décrire succinctement le concept de RISC vs CISC, puis nous expliquerons les bases du jeu d’instructions avec un peu de code assembleur, enfin nous terminerons par une description de quelques émulateurs et processeurs RISC-V disponibles aujourd’hui sur le marché.

Quand on pense « architecture de processeurs », l'architecture x86 de Intel nous vient naturellement en tête, comme nous avons pu le voir dans l'article de GNU/Linux Magazine en septembre 2018 [1]. Il est naturel pour un informaticien de penser d’abord à cette architecture, puisque c'est celle massivement utilisée sur les ordinateurs personnels. Pourtant, il existe de nombreuses autres architectures de microprocesseurs, allant du tout petit microprocesseur 4 bits enfoui au microprocesseur 64 bits à instructions vectorisées, pour les supercalculateurs massivement parallèles.

Il existe également toute une série de processeurs open source souvent écrite en VHDL/Verilog, à destination des FPGA. Ces processeurs sont plus souvent des microcontrôleurs et généralement, des dérivés de «vieux» microprocesseurs.

RISC-V n'est pas un énième processeur libre, qui s'ajoute à la pile de processeurs «softcore» à utiliser sur un FPGA, comme l'on peut en trouver sur opencore...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

CrossDev sous Eclipse

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
112
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Le développement logiciel nécessite l’utilisation d’outils pour l’écriture, la compilation et le débogage de code. La prise en main de ces outils n’est pas toujours évidente, alors lorsqu’on en maîtrise un, autant l’utiliser dans le maximum de cas. Eclipse permet cela et nous allons le voir dans le cas du développement embarqué.

Contrôle de ventilation PC par Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les configurations PC actuelles reposent autour de processeurs (CPU comme GPU) qui sont certes très puissants en termes de calcul, mais également très consommateurs en énergie. Or la quasi-totalité de cette énergie électrique sera finalement transformée en chaleur que la machine doit dissiper, souvent activement. Rien d'étonnant donc de voir dans ces ordinateurs des systèmes de refroidissement normalisés qui pourront être utilisés par ailleurs, à condition d'être judicieusement contrôlés...

Une brève histoire des ASIC libres

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Derrière les annonces sur l’initiative Google/Skywater, à l'heure où NVIDIA rachète ARM et donc booste mécaniquement RISC-V, c'est toute une industrie qui va lentement, et inexorablement, basculer vers... un peu plus d'ouverture. Pour faire le point et envisager tout ce qu’il reste à faire, voici une rapide rétrospective, une petite revue des pratiques et de l’histoire de l'industrie impitoyable des galettes de silicium.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.