Développement d'un lecteur d'animations Blender avec Ogre3D

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
141
Mois de parution
septembre 2011


Résumé
De nos jours, le rendu d'animations 3D est devenu courant au sein des applicatifs des éditeurs de logiciels. Se pose alors la question de la manière dont on peut intégrer ces animations dans des applications aussi diverses que des jeux vidéo, des logiciels de conception architecturale, ou encore des outils d'affichage dynamique. Une solution élégante et pérenne consiste à bien séparer la partie « animation » de la partie « programme » en faisant en sorte que la première puisse être intégrée dans la seconde. C'est ce que nous nous proposons de présenter dans cet article à l'aide de l'outil de conception 3D Blender et du moteur Ogre3D.

1. Préambule

Cet article a pour objectif de présenter une méthode d'import d'animations Blender au sein d'une application 3D réalisée avec le moteur Ogre3D (ou Ogre). L'intérêt d'une telle technique est majeur : il est de déporter la partie « animations » hors du code de l'application. Cela nous offre plusieurs avantages :

- Premièrement, il n'est plus nécessaire de recompiler l'application pour modifier une animation. Cette dernière étant sous la forme de fichiers externes, lisibles par le moteur, il n'y a pas à la programmer.

- Deuxièmement, étant donné que les animations n'ont plus à être directement incorporées au code, il est possible de les faire développer par quelqu'un d'autre que le programmeur. D'un point de vue managérial et/ou cynique, cela permet de payer un concepteur (designer) 3D plutôt qu'un développeur. Certaines entreprises considèrent que les premiers coûtent moins cher que les seconds.

- Enfin, troisièmement, cela présente le grand...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Ma première application Android - 1ère partie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
47
Mois de parution
avril 2010
Spécialité(s)
Résumé
De tous les systèmes d'exploitation libres pour mobile, Android est aujourd'hui celui dont la part de marché croît le plus vite. De fait, il devient intéressant de proposer des exemples d'applications qu'il est possible de développer sur cette plate-forme. C'est ce que nous nous proposons de faire dans cet article.

Ma première application Android - 2nde partie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
47
Mois de parution
avril 2010
Spécialité(s)
Résumé
Dans la première partie de cette étude, le lecteur a pu appréhender certains concepts basiques du développement sous Android. Dans la réalisation de notre application, nous en étions restés à l'affichage d'une carte Google centrée sur la position géographique de l'utilisateur. Cette seconde partie arrive en complément de la précédente et porte sur l'interrogation d'un service web et le positionnement d'éléments sur la carte.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous