Exporter une application Godot dans différents formats

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
109
Mois de parution
juillet 2020
Domaines


Résumé

Vous avez terminé votre application et vous souhaitez maintenant la distribuer ? Il faut donc que vous convertissiez - ou exportiez - votre programme, pour qu'il puisse être exécuté sur les plateformes cibles. Nous verrons dans cet article les exports vers le Web, Windows et Android.


Godot est multiplateforme et c'est là l'un de ses points forts. Que vous ayez développé votre application sous Windows, GNU/Linux ou macOS, vous allez pouvoir distribuer votre programme sur de nombreuses plateformes, simplement en l'exportant. Les plateformes prises en charge sont : le Web (HTML5), GNU/Linux, Windows, macOS, Android, iOS, et Windows Universal (Windows 10 Mobile et Xbox One).

Quelle que soit la plateforme choisie, le démarrage de l'export sera commun. Il faudra cliquer dans le menu sur Projet > Exporter... pour afficher la fenêtre d'export. Dans cette fenêtre, il va falloir cliquer sur le bouton Ajouter... pour sélectionner une plateforme cible (figure 1).

figure 01-s 0

Fig. 1 : Ajout d'une plateforme cible pour l'export.

Nous allons maintenant détailler l'export pour une utilisation d'une application sur le Web, sous Windows et sur un smartphone sous Android. Nous prendrons comme application d'exemple l'application 3D développée précédemment...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

L’édition des liens démystifiée

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Parmi les étapes concourant à la fabrication d’un exécutable, l’édition des liens est certainement la plus méconnue. Elle est pourtant cruciale à plus d’un titre. Le choix entre édition statique et dynamique des liens a notamment des implications sur la facilité de développement, la sécurité et la performance.

Scikit-image, une alternative à OpenCV pour la reconnaissance d'images

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Une fois n'est pas coutume, nous allons découvrir et utiliser une alternative à OpenCV, scikit-image communément appelé skimage. Nous implémenterons la reconnaissance d'images avec la méthode des histogrammes de gradients orientés (HOG : Histogram of Oriented Gradients) associée à une machine à vecteurs de support (SVM : Support Vector Machine). Cette méthode est employée dans bien des applications telles que l'automobile, pour la détection de piétons [1].