Shinken v2, vers plus de flexibilité

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
180
Mois de parution
mars 2015
Domaines


Résumé
Débuté voilà plus de 5 ans, le projet Shinken continue son chemin dans la supervision des grands environnements. Regardons ce qui a changé depuis notre dernier article dans ces colonnes.

Si l'origine de Shinken est fortement liée à l'histoire de Nagios, son évolution n'a pas été limitée par la stagnation de son aîné et de ses dérivés. Dans un précédent numéro [1] nous avions traité de la version 1.2 de Shinken, mais depuis nous avons eu droit à une nouvelle version majeure en avril 2014. S'orientant vers toujours plus de flexibilité, les possibilités d'architectures se sont encore étoffées.

1. Une installation simplifiée

Si la version de shinken n'est pas assez à jour dans votre distribution, ou si vous désirez avoir la toute dernière version, vous pouvez passer par la commande pip de python pour l'installer :

$root@debian: adduser shinken

$root@debian: apt-get install python-pycurl python-setuptools python-pip

$root@debian: pip install shinken

Les chemins d'installations sont relativement classiques :

- /etc/shinken : la configuration

- /usr/bin/shinken* : scripts d'entrée des daemons et la commande CLI shinken

- /var/lib/shinken : données, sondes...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Ressuscitez vos serveurs à distance : utilisez IPMI

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
juin 2021
Domaines
Résumé

Pour le moment, le Code du travail permet à un administrateur de ne pas être enchaîné sur son lieu de travail. Néanmoins, il est utile de pouvoir intervenir rapidement sur les serveurs, même si ceux-ci ne répondent plus au réseau. IPMI est une des réponses à ce problème en fournissant un accès distant au matériel.

Les serveurs de redirection de mails légers

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les utilisateurs un peu avertis connaissent les serveurs de messagerie électronique Sendmail, Postfix ou Exim. Mais il existe des solutions plus simples et plus sécurisées : les serveurs de redirection de mails légers.

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.