Comprendre le fonctionnement des CORS

Magazine
Marque
MISC
Numéro
98
Mois de parution
juillet 2018
Spécialité(s)


Résumé

Introduits afin d'assouplir la Same Origin Policy pour permettre au Web 2.0 de donner sa pleine mesure, les Cross Origin Ressource Sharing (CORS) souffrent de spécifications pour le moins absconses et d'une dissymétrie d'implémentation particulièrement dommageable à leur bonne mise en œuvre. En conséquence, leur activation côté serveur conduit très souvent à la création de vulnérabilités exploitables susceptibles de faire le bonheur du pentesteur.


Cet article est découpé en deux parties : la première présente les CORS, la seconde s'attache à décrire les cas fréquents de mauvaises configurations débouchant sur des vulnérabilités exploitables, puis détaille plusieurs d'entre elles et suggère quelques contrôles et recommandations à destination des pentesteurs et de leurs clients.

1. Genèse des CORS

En 1995, le navigateur Netscape 2 introduit JavaScript, et avec lui la possibilité d'exécuter du code en provenance d'un site web. Il devient dès lors possible de réaliser des actions à l'insu de l'utilisateur et d'agir de manière silencieuse à sa place.

Un mécanisme nommé Same Origin Policy (désigné par l'acronyme SOP dans la suite de cet article) est alors implémenté au sein des agents. Ce mécanisme garantit l'impossibilité d'agir à l'insu d'un internaute sur un site (non vulnérable) en empêchant tout contenu provenant d'une origine A d'accéder au résultat d'une requête qu'il émettrait...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Cross Origin Resource Sharing : défauts de configurations, vulnérabilités et exploitations

Magazine
Marque
MISC
Numéro
99
Mois de parution
septembre 2018
Spécialité(s)
Résumé

La première partie de cet article parue dans le numéro précédent présentait la genèse et le fonctionnement des Cross Origin Resource Sharing (CORS). La seconde s’attache à décrire les cas fréquents de mauvaises configurations débouchant sur des vulnérabilités exploitables, puis détaille plusieurs d’entre elles et suggère quelques contrôles et recommandations à destination des pentesteurs et de leurs clients.

Botnet low cost

Magazine
Marque
MISC
Numéro
91
Mois de parution
mai 2017
Spécialité(s)
Résumé

Une fois n’est pas coutume, en ce début d’année le Malware Corner ne vous dévoilera pas les détails du dernier RAT gouvernemental au doux nom évocateur des joies de l’enfance. Il ne vous livrera pas non plus les secrets du dernier rootkit UEFI ou de la dernière APT truffée de 0days. Non, pour une fois et sur la base d’un exemplaire récemment rencontré dans la vraie vie, le Malware Corner va s’intéresser au malware « low cost », au Trojan+RAT à la portée de toutes les bourses et destiné à compromettre la machine de M. Toutlemonde au profit du sous-prolétariat de la cybercriminalité.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Les listes de lecture

11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Clé de voûte d'une infrastructure Windows, Active Directory est l'une des cibles les plus appréciées des attaquants. Les articles regroupés dans cette liste vous permettront de découvrir l'état de la menace, les attaques et, bien sûr, les contre-mesures.
8 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Découvrez les méthodologies d'analyse de la sécurité des terminaux mobiles au travers d'exemples concrets sur Android et iOS.
10 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Vous retrouverez ici un ensemble d'articles sur les usages contemporains de la cryptographie (whitebox, courbes elliptiques, embarqué, post-quantique), qu'il s'agisse de rechercher des vulnérabilités ou simplement comprendre les fondamentaux du domaine.
Voir les 55 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous