LTE : architecture et éléments de sécurité

Magazine
Marque
MISC
Numéro
68
Mois de parution
juillet 2013
Domaines


Résumé

LTE (de l'anglais Long Term Evolution) est la norme de téléphonie mobile la plus récente et performante utilisée en pratique. En France, le déploiement a commencé en 2012 et devrait pour certains opérateurs couvrir de nombreuses grandes villes, Paris inclus, vers la fin 2013. Au niveau de la sécurité, LTE apporte des grands chamboulements que nous présentons dans cet article : nouvelle architecture de sécurité, dérivations de clés en cascade pour permettre des handovers (i.e. le passage d'une antenne à un autre) rapides et sécurisés, utilisation d'algorithmes de chiffrement dernière génération comme AES, etc.


1. Architecture de sécurité et objectifs

L'architecture du réseau de l'opérateur dans LTE suit le modèle SAE (System Architecture Evolution) du 3GPP (3rd Generation Partnership Project), organisme de standardisation phare dans le monde du mobile.

1.1. Le modèle SAE

LTE propose une évolution des réseaux 3G. Parmi elles, l’abandon du circuit pour la voix même dans le cœur du réseau et le passage au tout IP ont un impact majeur sur l’architecture du réseau. Toutefois, le passage des technologies 3G à LTE doivent éviter les écueils communs comme la complexité d'une nouvelle architecture et le coût en infrastructure. Le maître-mot est donc la simplification de l'architecture.

Un réseau LTE est constitué de deux grandes parties : d’une part le réseau d’accès radio dénommé e-UTRAN (evolved Universal mobile telecommunications system Terrestrial Radio Access Network) et d’autre part le cœur de réseau appelé EPC (Evolved Packet Core). La...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.

Détection d'anomalies par ACP

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Retour de vacances. L’analyse du SIEM après un mois d’absence montre que dix incidents ont été déclenchés sur la base des alertes automatiques et ont pu être gérés convenablement par la chaîne de traitement d’incidents. Tout est-il sous contrôle ? Un analyste aimerait rapidement s’en assurer en complétant cette supervision par sa propre analyse du mois écoulé. Mais par où commencer ? Il est inenvisageable de regarder un mois de logs « rapidement » et d’autant plus quand on ne sait pas précisément ce que l’on cherche… Une solution possible est de recourir à des outils statistiques qui permettent d’identifier des périodes d’activité atypiques sur lesquelles concentrer son analyse. L’analyse en composantes principales (ACP ou PCA en anglais) est une méthode statistique qui peut répondre relativement efficacement à cette problématique. L’article présente cette méthode et son apport dans la détection d’anomalies, en prenant comme exemple l’analyse de flux réseaux.