Lorsque l'open source s'invite dans... une université

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
85
Mois de parution
août 2014
Spécialité(s)


Résumé
Témoignage de Cédric Foll, responsable du pôle des infrastructures informatiques de l'Université Lille 3.

Body

Linux Pratique : Pouvez-vous nous parler de vos fonctions au sein de votre organisation ?

Cedric Foll : Au sein de la DSI de l’université Lille 3 (www.univ-lille3.fr), j’ai en charge la direction du pôle infrastructures organisé autour de quatre équipes (réseau, système, support administratif et support pédagogique) composées de 22 informaticiens sur les 35 composant la DSI. Nous gérons un parc de 2.500 terminaux, 150 commutateurs et près de 200 bornes WiFi. Nous disposons d’environ 150 serveurs virtuels fonctionnant sur un Blade connecté à trois SAN en iSCSI.

Les missions du pôle sont la conception et l’exploitation de l’infrastructure de l’établissement ainsi que la mise en place de services à destination des 2.000 membres du personnel et des 20.000 étudiants.

La DSI se compose d’un second pôle d’une dizaine de personnes en charge de l’exploitation des applications métiers (scolarité, RH, finance, ENT…) et des développements locaux.

Linux Pratique : Quels outils open source utilisez-vous dans l’exercice de votre profession ?

Cedric Foll : Les logiciels libres sont très présents dans la plupart des universités françaises et Lille 3 ne fait pas exception. Nos serveurs sont dans leur très grande majorité sous Debian, distribution qui a les faveurs de toute l’équipe, et dont nous finançons depuis cette année le développement du support LTS : http://www.freexian.com/services/debian-lts.html.

Nous n’installons des serveurs sous d’autres distributions, voire Windows, que lorsque c’est imposé par un éditeur.

En matière de briques logicielles, nous mettons à disposition de nos usagers les services suivants :

- Cloud privé basé sur Owncloud. Un espace de 10 Go est proposé à tous les membres du personnel et des étudiants de l’université depuis la rentrée 2013. Ce service a rencontré un franc succès notamment grâce aux valeurs ajoutées par rapport à des espaces de stockage grand public : interfacé à l’annuaire pour le partage de documents entre collègues et étudiants, sauvegarde des documents avec restauration possibles par la DSI en cas d’erreur de manipulation, espace de stockage augmenté à la demande, sécurité des données…

- Messagerie, listes de diffusion, annuaire et agenda partagés. Le système actuel est basé sur un annuaire OpenLDAP, sur Postfix, Spamassassin et ClamAV pour l’acheminement des messages, Sympa pour la gestion des listes de diffusion, Courrier-IMAP pour le stockage des messages et SOGo pour l’interface web, l’agenda partagé et la synchronisation avec les terminaux mobiles. L’établissement passera sur Zimbra l’année prochaine en remplacement des briques Courrier-IMAP et SOGo.

- Un ENT(Espace Numérique de Travail, un portail regroupant les actualités et les applications pour les membres du personnel et des étudiants) basé sur le logiciel ESUP-Portail.

- Une GED basée sur Nuxeo est proposée aux membres du personnel pour la gestion des documents institutionnels.

- La plateforme d’apprentissage en ligne Moodle.

- L’outil de HelpdeskGLPI pour centraliser et gérer toutes les demandes au service informatique.

- Tous les postes de travail à destination des étudiants sont en dual boot Windows/Ubuntu sur les terminaux, la plupart des logiciels installés de base sont des briques open source notamment Thunderbird, Firefox et Libre Office.

Nous utilisons également, même si c’est moins visible pour nos usagers,Nagiospour la supervision,une gestion de l’annuaire avec OpenLDAP, LSCpour synchroniser l’annuaire LDAP avec notre Active Directory, WPKG pour la télédistribution d’applications et de mises à jour et puis Apache, PHP, MySQL, PosgreSQL...

Nous utilisons aussi des outils propriétaires tels que vSphere de VMWare pour toute la virtualisation ou Active Directory.

Linux Pratique : Pourquoi avoir choisi de recourir à des solutions open source ?

Cedric Foll : Les logiciels libres, et tout particulièrement les briques GNU/Linux sont très bien maitrisés par les équipes. Ces logiciels étant également largement utilisés dans le monde universitaire, l’entraide entre collègues est simplifiée et souvent largement aussi efficace qu’une sollicitation d’un support éditeur.

Par ailleurs, l’écosystème des logiciels libres est particulièrement riche et dispose d’un grand nombre de logiciels de très grande qualité que ce soit du côté bureautique avec par exemple Firefox, Thunderbird ou Libre Office ou du côté serveur avec Postfix, Spamassassin, OpenLDAP. La qualité de ces logiciels les a rendus incontournables dans les systèmes d’information. Ce sont devenus des standards de fait, et ils sont souvent intégrés dans des produits propriétaires[1][2] et tout particulièrement Linux sur lequel repose un très grand nombre d’appliances (Switch Dell, la plupart des équipements de sécurité, des briques réseau), ou de logiciels propriétaires tels que VMWare vSphere.

Enfin, d’un point de vue stratégique, les logiciels libres apportent des garanties de pérennité, pour peu que la communauté autour du logiciel en question soit suffisamment importante, et d’interopérabilité avec notamment l’usage de formats ouverts dans les suites bureautiques open source.

Linux Pratique : Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans l’utilisation de logiciels open source ?

Cedric Foll : Sur le périmètre serveur, il y a un consensus pour choisir des logiciels libres dans la plupart des cas.

L’adoption des logiciels libres est plus difficile sur les terminaux, les usagers sont souvent habitués à des logiciels propriétaires (Microsoft Windows, Microsoft Office, suite Adobe…). Dans notre université, comme dans beaucoup d’autres, les terminaux et logiciels associés des membres du personnel ne sont pas achetés par la DSI, mais par les différentes composantes de l’établissement (département, laboratoires…). Par conséquent, le choix des logiciels est à la discrétion de ces composantes et la DSI doit faire avec. Ainsi la DSI installe un pack logiciel de base composé de logiciels libres et complète, le cas échéant, avec des logiciels achetés par la composante. Les outils propriétaires ont presque totalement été abandonnés du côté du navigateur et du client de messagerie. Pour les autres applications telles que la suite Office, les logiciels de retouche d’images ou de pilotage, la migration vers des équivalents open source est plus lente et poussée par des impératifs financiers.

Linux Pratique : Qu’est-ce que l’open source vous a globalement apporté ?

Cedric Foll : L’open source nous apporte une grande maîtrise du système d’information sur lequel les équipes sont autonomes. Contrairement aux logiciels propriétaires qui ont souvent un côté « boite noire », les logiciels libres sont généralement très documentés et les administrateurs peuvent comprendre leur fonctionnement.

Reposant sur des standards, ils sont plus interopérables que leurs équivalents propriétaires. Le choix d’une brique propriétaire conduit souvent à devoir intégrer d’autres logiciels du même éditeur. Le responsable informatique se retrouve assez vite lié avec un éditeur qui a conçu ses produits de manière imbriquée rendant par la suite très complexe le changement de solution sur une des briques. Ce problème ne se pose pas avec les logiciels open source, le remplacement d’une implémentation LDAP, SMTP ou IMAP par une autre ne nécessite généralement pas la reconfiguration, voire le remplacement, d’autres briques du système d’information.

Linux Pratique : Avez-vous des conseils à partager suite à votre expérience ?

Cedric Foll  : Je pense qu’il convient d’éviter les positions intégristes consistant à refuser tout ce qui n’est pas open source. Ce qui doit guider le choix d’un logiciel dans un environnement professionnel c’est le service rendu au regard de son coût. Celui-ci devant intégrer non seulement les coûts d’acquisition et de maintenance, mais aussi humains liés à l’exploitation et au support, ainsi que le coût de la réversibilité des données en cas de changement de solution...

Les logiciels open source se sont imposés grâce à leur qualité dans beaucoup de domaines et devancent aujourd’hui leurs concurrents propriétaires, dans d’autres domaines ils peuvent être encore en retrait. Faire le choix d’une solution open source peu mature par principe plutôt qu’un logiciel propriétaire me semble être une mauvaise décision risquant de nuire à l’image des logiciels libres.

[1] https://wiki.apache.org/spamassassin/CommercialNetworkAppliances

[2] http://www.clamav.net/lang/en/about/who-use-clamav/




Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
129
Mois de parution
janvier 2022
Résumé

Même si la transformation numérique de notre société s’est accélérée avec la crise sanitaire, elle est toujours au cœur des préoccupations de bon nombre d’organisations. La première édition du Baromètre France Num consacrée aux TPE/PME et publiée par La Direction générale des entreprises permet de mieux cerner les problématiques soulevées par cette dernière*. Cette étude a permis de synthétiser les retours de près de 2800 entreprises sur le sujet.

Édito

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
128
Mois de parution
novembre 2021
Résumé

Peut-être l’avez-vous sans doute remarqué, la souveraineté numérique est l’un des sujets phares du moment. Il faut dire qu’elle représente un sacré défi tant notre dépendance aux outils des GAFAM est importante et tant leur présence sur le marché est écrasante. Si ce constat est loin d’être nouveau, la crise sanitaire a encore davantage pointé du doigt ce phénomène avec la mise en place rapide du télétravail et la recherche de solutions permettant de faire perdurer les activités de tous. Le réflexe pour une grande majorité d’entreprises et d’organisations a été en effet de se tourner vers ces solutions ultras populaires, dont la gestion est aux mains de multinationales localisées hors des frontières européennes.

Édito

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
52
Mois de parution
octobre 2021
Résumé

Au moment de la préparation de ce numéro spécial, l’actualité informatique est notamment marquée par les 30 ans de Linux, impossible de ne pas y faire référence ici. Le 25 août 1991, un certain Linus Torvalds publiait un message à propos d’un système d’exploitation libre sur lequel il était en train de travailler sur son temps libre. Qui aurait pu imaginer trois décennies plus tard l’omniprésence du système en question sur bon nombre d’appareils que nous utilisons au quotidien ?

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Les listes de lecture

8 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Découvrez notre sélection d'articles pour faire vos premiers pas avec les conteneurs, apprendre à les configurer et les utiliser au quotidien.
11 article(s) - ajoutée le 02/07/2020
Si vous recherchez quels sont les outils du DevOps et comment les utiliser, cette liste est faite pour vous.
8 article(s) - ajoutée le 02/07/2020
Il est essentiel d'effectuer des sauvegardes régulières de son travail pour éviter de perdre toutes ses données bêtement. De nombreux outils sont disponibles pour nous assister dans cette tâche.
Voir les 49 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous