Et si on publiait ce logiciel en libre ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
187
Mois de parution
novembre 2015
Spécialité(s)


Résumé
Les organisations, que ce soit leur métier ou non, publient beaucoup de code libre. Parfois elles s'interrogent sur la pérennité de ce code ou sur sa valorisation. Est-ce qu'une stratégie libre est intéressante ? Dans quel(s) cas ? Quels sont les risques ?

Dans cet article, je propose une grille d'analyse du potentiel des logiciels produits en interne par les organisations : faut-il continuer à les maintenir, seul ou en partenariat ? Si on choisit de les publier, quelle est la stratégie la meilleure ? Quand une licence libre est-elle intéressante ? Les deux éléments principaux à regarder sont :

1. le potentiel d'évolution du logiciel (est-ce plutôt un composant, développé à un moment et qui n'évoluera plus, ou la base d'un progiciel aux multiples développements et applications) ;

2. l'importance de la solution pour l'organisation (crucial pour la faire fonctionner, donnant un avantage concurrentiel important ou, au contraire, un outil facilement remplaçable par une autre).

Plus le logiciel sera important, plus l'organisation aura intérêt à contrôler son développement. Plus il sera évolutif, plus une solution libre, si elle permet de développer des partenariats, sera intéressante.

De plus en plus d'organisations...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Qu'est-ce qu'un logiciel libre ? 3. Les modèles d'affaire des entreprises du libre

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
174
Mois de parution
août 2014
Spécialité(s)
Résumé
Les logiciels libres sont souvent gratuits. Et malgré la gratuité, certaines entreprises vivent de la vente de ces logiciels et des services associés. Troisième volet d'une série consacrée aux questions non-techniques posées par le logiciel libre, cet article discute des modèles d'affaires des entreprises du « libre » et leur implication dans les communautés de développement.

Qu'est-ce qu'un logiciel libre ? 2. Participation et organisation d'un projet libre

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
173
Mois de parution
juillet 2014
Spécialité(s)
Résumé
Pourquoi et comment contribuer à un projet libre ? Est-ce que le travail coopératif n'existe que sur Internet ? Est-ce plus facile dans le cas du logiciel ? Cet article présente les grandes caractéristiques de l'organisation des communautés libres, du pourquoi les personnes contribuent.

Qu'est ce qu'un logiciel libre ? 1. Histoire et définition

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
172
Mois de parution
juin 2014
Spécialité(s)
Résumé
Les logiciels libres sont souvent gratuits. Mais les logiciels gratuits ne sont pas toujours libres. Et malgré la gratuité, tout le monde n'utilise pas ces logiciels et certaines entreprises vivent de la vente de ces logiciels et des services associés. Cet article, sur l'histoire et la définition du libre, est le premier d'une série qui se propose de répondre aux questions non techniques sur ce qu'est le libre.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous