Serveur de mail temporaire

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
130
Mois de parution
septembre 2010


Résumé
Pour lutter contre le spam, dans le domaine du libre, on utilise très souvent SpamAssassin : c'est relativement efficace, simple à mettre en place, libre, mais ce n'est malheureusement pas parfait. Certains (beaucoup de ?) spams passent tout de même au travers des mailles du filet. Peut-être n'est ce pas réaliste dans la pratique, mais l'idéal serait de ne pas divulguer son adresse e-mail partout sur Internet... ou alors juste temporairement...

1. Principe de fonctionnement

Le spam est une vraie plaie qui pollue nos boîtes mails tous les jours. On a beau faire attention et ne pas laisser traîner notre adresse partout, on est tout de même tenté de s'inscrire à ce merveilleux jeu concours pour gagner le dernier gadget de la marque à la pomme, ou de créer son profil sur tous les réseaux sociaux à la mode, et j'en passe. Au fil du temps, notre adresse arrive finalement à traîner sur bon nombre de sites, dont certains n'ont pas forcément une éthique irréprochable et n'hésitent pas à revendre leurs fichiers de contacts... et le spam commence, ou plus exactement, il continue. L'idéal serait de s'inscrire sur ces sites « douteux » avec une autre adresse e-mail, mais c'est embêtant de devoir aller consulter une seconde boîte mail juste pour (à cause de) ces sites. Viennent alors les sites de mail jetable comme jetable.org ou mail-temporaire.fr, qui vous proposent une adresse e-mail temporaire, valable quelques...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

HAproxy : proxy TCP générique et HTTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
45
Mois de parution
décembre 2009
Spécialité(s)
Résumé
…ou « comment protéger Apache de Slowloris » : j'ai hésité avec ce titre un peu plus racoleur, mais ce serait un peu trop restrictif. HAproxy est un (reverse) proxy travaillant aux niveaux 4 à 7 du modèle OSI, capable de faire de la répartition de charge et de la haute disponibilité sur les services TCP en général, et HTTP en particulier. Tout ceci avec une grande souplesse de configuration, une extrême fiabilité et des performances bluffantes... Il permet en prime de protéger votre serveur web favori (Apache) des attaques à la mode en ce moment. Tout un programme !

Stockage en ligne : NBD dans un tunnel SSH

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
118
Mois de parution
juillet 2009
Résumé
Les espaces de stockage en ligne sont de plus en plus répandus. Il est très facile de trouver « 10 Go de stockage offerts » à chaque coin du web. Mais peut-on (veut-on) vraiment y stocker des données personnelles ? Qui se cache derrière le service, sauront-ils protéger convenablement nos données, et, plus généralement, a-t-on envie de leur faire confiance ? Si vous avez atteint ce niveau de paranoïa, ne vous posez plus la question : créons tout simplement notre propre « disque réseau », avec un serveur Linux, NBD (Network Block Device), SSH et un peu d’astuce !

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous