Kolab : un serveur de messagerie collaboratif libre

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
130
Mois de parution
septembre 2010


Résumé
Lorsque l'on parle de messagerie, l'administrateur système pense échange de courriels mais pas son décideur. Ce dernier voit plus, beaucoup plus ! Et le fait est que, depuis le début des années 2000, on dispose dans le monde des logiciels libres ou dans le monde commercial de solutions capables non seulement d'échanger des mails, mais aussi d'archiver et organiser des données en ligne, dont la messagerie parmi d'autres : agendas, tâches, etc. Certaines solutions prennent ainsi en charge les notes, les journaux, les calendriers partagés. On peut même aussi parfois trouver de la réservation de salles ou de moyens techniques (machines, périphériques, etc.) et/ou de la petite gestion de projet.

1. Un serveur de messagerie collaboratif ?

Dans le monde propriétaire, on peut citer  :

- Microsoft Exchange, qui fait office de serveur de messagerie et de solution collaborative lorsqu'on le lie à Outlook de la suite Microsoft Office et partiellement avec certains autres clients lourds libres.

- Novell Groupwise, qui fonctionne autant dans le monde Windows que dans le monde Linux et fait office de serveur de messagerie et de solution collaborative avec des clients lourds libres ou commerciaux.

Dans le monde libre, il en existe plusieurs dizaines, certains à la vie désormais fort longue, d'autres au contraire depuis longtemps au cimetière des codes oubliés. Beaucoup se sont basés sur une interface Apache/MySQL/PHP pour un serveur mélangeant Postfix/Exim avec Cyrus et consorts. Ils n'ont souvent pas pris en compte les clients lourds (difficultés d'accès à Outlook et à son interface MAPI principalement) et ont parfois démultiplié les fonctionnalités plus ou moins...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Le DevOps dans le monde réel

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
118
Mois de parution
mars 2020
Spécialité(s)
Résumé

Cela fait environ cinq ans que les demandes de « DevOps » sont de plus en plus nombreuses dans le milieu professionnel. Souvent, lors des entretiens, on s'aperçoit que chaque client, ou presque, a sa propre définition du mot. Nous allons essayer de donner ici notre vision, tirée de notre expérience de terrain, de cette fonction.

Commodore 64 via VICE : à la (re)découverte d’un morceau d’histoire

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
41
Mois de parution
février 2018
Spécialité(s)
Résumé
Les machines Commodore ont représenté pour beaucoup de familles et individus leur première rencontre avec l’informatique. Les émuler et les redécouvrir, c’est autant une aventure technique qu’un retour sur les concepts même qui ont forgé l’informatique dite familiale.

Configurez les postes IPSec clients

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
92
Mois de parution
septembre 2017
Spécialité(s)
Résumé

Dans cet article, nous allons aborder d’autres systèmes d’exploitation côté client, ce qui nous permettra de mettre en lumière certaines limitations. Nous allons tout d’abord passer en revue ceux qui fonctionnent en IKEv2 puis en examiner qui ne supportent que L2TP/IPSec en IKEv1.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous