Affichage graphique avec le framebuffer et GHDL

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
130
Mois de parution
septembre 2010


Résumé
Nous continuons notre exploration des richesses du langage VHDL en essayant toujours de lui faire faire ce pour quoi il n'a pas été prévu. D'ailleurs, un langage aussi puissant dépourvu de sortie graphique, c'est triste. Et nous aimerions agrémenter nos simulations par de jolis dessins ! Si vous avez suivi l'article précédent, sur la synchronisation en temps réel, vous vous doutez bien que c'est techniquement possible, mais que pour y arriver, la méthode va être... un peu tortueuse. Heureusement qu'il y a plein de choses intéressantes à apprendre en chemin : du POSIX, du Linux, un peu de trigonométrie et même une touche de Pascal...

1. Introduction

Les lecteurs fidèles savent que j'ai déjà traité le sujet de l'affichage graphique avec le framebuffer de Linux dans les numéros 106 et 112 de ce magazine [1] [1']. L'utilisation de cette interface est assez simple une fois qu'on a obtenu le pointeur vers la mémoire d'affichage et ses caractéristiques (type et taille des pixels, largeur et hauteur). Ensuite, on accède directement à chaque pixel pour afficher les motifs désirés, (quasiment) sans ingérence du système d'exploitation ou d'autres couches logicielles.

Plus récemment [2] [2'], nous avons aussi vu qu'il était possible d'accéder à des fonctions écrites en langage C à partir de GHDL, au moyen de l'interface VHPIDIRECT. Et la dernière fois [2'], nous avons examiné une des manières d'observer un signal, en déclenchant l'exécution d'une procédure lorsque la valeur d'un signal change. C'est la procédure observe() utilisée en mode concurrent. Jusqu'à maintenant, nous affichions les...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Circuitjs simule des circuits électroniques dans votre navigateur

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
33
Mois de parution
avril 2020
Spécialité(s)
Résumé

Aux antipodes de SPICE, circuitjs est pourtant un outil indispensable que même les débutants devraient avoir le réflexe d'utiliser avant de faire chauffer le fer à souder. Créé par Paul Falstad, il ne nécessite aucune installation, car il tourne directement en JavaScript sur votre navigateur. Son interface minimaliste est rapide à prendre en main et permet de prototyper rapidement des circuits virtuels, essentiellement dans le domaine analogique. Et il est même sous GPL.

Un éclairage économique pour plante domestique

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
32
Mois de parution
janvier 2020
Spécialité(s)
Résumé

Avec l'hiver s'en vont la chaleur et la lumière, ce qui ne plaît pas aux plantes exotiques, qui n'ont jamais demandé un tel traitement. Évidemment, la technologie a des solutions et celle que nous étudierons ici repose sur quelques fonds de tiroirs et un module à LED très spécial.

Reverse-engineering d’une alimentation numérique et contrôle avec bash

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
32
Mois de parution
janvier 2020
Spécialité(s)
Résumé

Le marché propose de nos jours des alimentations de laboratoire aux caractéristiques très intéressantes : compactes, puissantes, programmables... Conçues et fabriquées en Chine, évidemment, elles sont économiques et très peu concernées par les standards ou les protocoles, contrairement aux équipements professionnels des grandes marques, chers, mais relativement ouverts. Cet article va examiner un modèle particulier que vous risquez de retrouver sous une forme ou une autre. Ses protocoles ont pu être documentés, grâce aux efforts de la communauté des bricoleurs, ce qui rend cet appareil encore plus utile et très facile à programmer !

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous