Le langage PIR, troisième partie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
125
Mois de parution
mars 2010


Résumé
Abordons maintenant la troisième partie de la série consacrée à PIR. Nous allons nous intéresser ici aux structures de données et à leur utilisation.

Nous avons à présent une bonne connaissance de la syntaxe de PIR, il est temps de rentrer dans le détail des structures de données. Nous allons ainsi constater que le langage dispose de nombreuses options que nous mettrons en pratique sur plusieurs exemples. Puis nous avancerons dans la programmation en définissant des macro-instructions qui vont nous permettre d'accroître la lisibilité des programmes.

1. Les listes statiques

Le langage PIR dispose de deux types de listes statiques : les listes typées et les listes non typées.

1.1 La liste statique non typée

C'est une liste standard de longueur fixe. Le type des valeurs qu'elle contient n'étant pas défini il est possible d'y stocker n'importe quel type de scalaire.

  .sub main

    .local pmc liste

    liste = new "Array"

liste = 3

    liste[0] = 1

    liste[1] = "Pi"

    liste[2] = 3.14159265

    say "Edition de la liste."

    $I0 = liste[0]

    say $I0

    $S0 = liste[1]

    say $S0

    $N0 = liste[2]

    say $N0

.end

  coruscant chris$...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Le langage PIR, seconde partie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
123
Mois de parution
janvier 2010
Résumé
Après une (longue) présentation des types de données de PIR, nous allons aborder une partie plus attractive dans l'apprentissage d'un langage, en l'occurrence, la programmation.De nombreux exemples émailleront cette présentation, l'ensemble des programmes présentés peut être téléchargé sur mon site : http://www.dil.univ-mrs.fr/~chris/Documents/progs02.pod

Le langage PIR, première partie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
122
Mois de parution
décembre 2009
Résumé
Nous entamons ici une série d’articles consacrés au langage PIR, et ce premier chapitre a pour but de le présenter. PIR signifie Parrot Intermediate Representation, qui, comme son nom l’indique, est un langage moins rustique, plus abordable et plus lisible que l’assembleur de base PASM. Tous les programmes présentés ici sont disponibles en téléchargement sur mon site : http://www.dil.univ-mrs.fr/~chris/Documents/progs01.pod.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous